Il se passe plein de trucs bizarres autour de l’e-sport. On avait fini par s’habituer à la fascination qu’il exerce sur les basketteurs professionnels américains (des joueurs comme Jeremy Lin, Jonas Jerebko, Rick Fox et même Shaquille O’Neal ont acheté des équipes, et fin septembre 2016 le club des Philadelphia 76ers s’en est payé deux, Apex et Dignitas). Mais ce n’est rien au regard des litres de salive qu’il semble faire couler au coin des tristes babines de la vieille télévision.

Et c’est là que Vivendi intervient : le groupe a annoncé un partenariat avec l’ESL (Electronic Sports League), la plus ancienne ligue de compétitions dans ce domaine. Après l’Équipe 21 et son e-Football League qui a fait figure de pionnier en France l’année dernière, l’e-sport devrait donc apparaître sur les « antennes du groupe Canal », comme dit le communiqué de mariage. Il s’agit de créer des compétitions nationales françaises sur la base de l’actuel « ESL Championnat national », qui seraient retransmises sur les télés du groupe (Canal annonce déjà un « Canal eSports Club » mensuel…), ou organisées dans les salles du groupe (Olympia), grâce à la billetterie du groupe (Digitick), et avec des artistes du groupe (Universal Music). Alors je vous vois venir : non, je ne sais pas si Hanouna commentera les matchs, et je ne sais pas non plus si ce sera en clair ou en crypté sur Canal+ (quoique l’e-sport, même en clair, c’est déjà assez crypté comme ça).