Le PSVR est sur ma tête, je suis pourtant frais comme un gardon. Pas l'impression d'être engoncé dans un casque de moto trop petit, pas de poids excessif sur le nez ou le front, Sony a vraiment cartonné niveau design. L'objet en lui-même semble massif, mais il s'enfile comme une paire de charentaises. Le poids de l'engin se répartit tout autour du crâne avec un équilibre parfait. Messieurs HTC et Oculus, prenez-en note : c'est exactement comme ça qu'il faut faire un casque de réalité virtuelle. Bonus appréciable, l'écran, réglable en profondeur pour les porteurs de lunettes, est entouré de plastique mou. Contrairement à la mousse de ses concurrents, ce matériau ne se transforme pas en ignoble éponge à sueur. En rabattant l'enveloppe sur les pommettes et le nez, on obtient une jointure parfaite avec le bas du visage, ce qui évite à la lumière extérieure de s'infiltrer à l'intérieur du casque. Bref, les ingénieurs de Sony ont bien bossé.