Parmi les neuf jeux de l’Ambient Mixtape, tous expriment une forme de douleur, une angoisse ou un mal-être. Un seul m’a fait rire, et rire c’est important car cela fait du bien au moral, et voilà pourquoi, parmi toutes les choses étranges suscitées par cette étrange collection, j’ai choisi Touch Me 2. Aucune instruction ne vous est donnée, et vous devriez donc, selon toute bonne logique, commencer par étudier le local dans lequel la force du jeu vidéo vous a propulsé. Rideaux blancs coquets, tables et chaises proprettes, un tourne-disques qui diffuse une mélodie rétro : j’ai choisi de penser que j’étais dans un salon de thé. Un humain protégé par une cagoule vous sert un verre et s’exclame devant votre désarroi « oh, mais il vous faut une main ! ». À ce moment, un pointeur apparaît à l’écran, doublé d’un bras dans le coin inférieur droit de l’écran (comme si tout le monde était droitier, tss). C’est là que tout le charme absurde de Touch Me 2 surgit. Quand vous chercherez à vous servir de votre main toute neuve, vous catapulterez ce bras dans la direction générale du pointeur. Eh bien, croyez-le ou non, mais cette mécanique délicieusement gauche m’a procuré le meilleur moment de ma journée.