358
Sortie en kiosque
le 15 avril 2017

S'abonner
Numéro actuel
Par La Rédaction | le 3 avril 2017

Canard PC 358 : Comme un phare dans l'ennui

News Hardware du CanardPC N°353

Batterie

Des accu' en voie d’extinction

Des accu' en voie d’extinction M

iracle, il n’est pas question d’une nouvelle technologie de batterie dont l’autonomie ou le temps de recharge sont tellement incroyables que nous autres misérables gueux n’y avons jamais accès. Cette fois nous avons droit à une trouvaille d'un autre genre qui, par les temps qui courent de ce côté de la galaxy, s’avère tout à fait opportune. Développée par des chercheurs de l’université de Stanford, la batterie li-ion concernée intègre dans l’électrolyte des capsules de phosphate de triphényle qui, vous le savez bien sûr, est un retardant. Dès que la température interne de la batterie atteint 150 degrés, ce qui a priori n’est pas bon signe, la couche protectrice des capsules – du polyfluorure de vinylidène et d’hexafluoropropylène, puisque vous voulez tout savoir – fond comme un camembert sur la plage arrière de la Fuego et libère le produit chimique. Résultat, l’incendie est éteint dans l’œuf, en à peine 0,4 seconde selon les tests réalisés en laboratoire. Bravo. « Bon alors les gars, on y a droit quand à votre super idée ? – Ah ben c’est de la recherche mon bon monsieur, vous comprendrez qu’aucune date de commercialisation n’est prévue pour notre batterie-extincteur. De plus, vous n’en êtes pas dignes. ». OK, pas de soucis, on a l’habitude.


Industrie

Tout tech ok pour venir

Désireuse d’attirer à elle les talents mondiaux de l’économie numérique, la France a lancé le French Tech Visa. Il consiste en un titre de séjour d’une durée maximale de quatre ans, qui couvre le candidat ainsi que sa famille. Pour en bénéficier, ce dernier doit soit fonder une jeune pousse, soit être employé par l'une d'elles, soit investir. Pour faciliter l’ensemble des démarches, le service French Tech Ticket inclut permis de résidence, formations, espace en incubateur, centre d’aide et 45 000 euros de fonds par an et par équipe, dont 20 000 pour couvrir les pertes éventuelles.


Foire aux news

En vrac

En vrac M

arvell a développé le 88SS1079, un nouveau contrôleur SSD (Crucial, SanDisk, WS Blue), resucée optimisée du 88SS1074 qui intègre des composants autrefois présents sur le PCB, avec l’espoir que cela fasse un peu baisser les tarifs. / Microsoft s’est payé Maluuba, une société canadienne experte en apprentissage profond (Deep Learning). Plus que quelques années à attendre pour savoir à quel point l’IA nous l'aura mis (profond). / Les processeurs Intel Skylake et Kaby Lake souffrent d’une faille de sécurité qui permet à des margoulins de réécrire le BIOS, accéder à la mémoire ou installer des programmes, exploitable grâce à une simple clé USB 3.0 branchée sur le port alloué au débogage. Ça va, ce n’est pas si grave. / La FDA a alerté les porteurs de peacemakers et utilisateurs du transmetteur Merlin@home d’un risque de piratage, potentiellement dramatique, bien qu’aucun cas n’ait été signalé. La faille a été corrigée depuis, mais ça m’a quand même fait un coup au cœur. / Facebook a, semble-t-il, réglé le problème de consommation excessive de son application, votre smartphone et vous pouvez reprendre une vie normale à liker des vidéos à la con et des photos de dessert.


Intell' artificielle

La vision de SatIA

Satya Nadella, le PDG de Microsoft, a fait part de sa vision du rôle de l’IA durant une conférence au Digital Life Design de Munich. Oui, nous glosons beaucoup du sujet cette quinzaine, bah c’est comme ça. Donc, Satya considère l’IA non pas comme un outil appelé à remplacer l’humain, mais à l’assister au quotidien pour qu’il gagne en efficacité. Il souhaite par ailleurs que l’IA de Microsoft soit rapidement démocratisée auprès de « chaque développeur et entreprise », afin que ces dernières « préservent la dignité des employés ». Mouais…


Réalité virtuelle

Pour l’amour de tracker des trucs

Pour l’amour de tracker des trucs H

TC a présenté le Vive Tracker, un périphérique qui repose sur la technologie Lighthouse et permet d’utiliser n’importe quel objet du monde réel dans un environnement virtuel, voire de créer rapidement des réalités mixtes une fois attaché à une caméra. C’est d'ailleurs le principe : le Vive Tracker (10 cm de diamètre sur 4 cm de haut, pour 85 grammes) doit être physiquement relié à l’objet que l’on désire intégrer. Une sorte de contrôleur HTC Vive, mais dépourvu de manche. Pour reprendre les exemples utilisés en démonstration, imaginez accoupler l’engin à une raquette de tennis, une batte de base-ball, un club de golf, des gants, une arme en plastique, une… lance à incendie, etc. L’autonomie annoncée est de six heures et le tarif pas encore connu. Un périphérique disponible au second semestre 2017 pour le grand public qui, à titre personnel, me laisse aussi dubitatif qu’un candidat de télé-réalité devant un Bescherelle.


Audio

L’acoustique à l’affiche

L

G, chantre des dalles OLED, a développé un modèle 4K capable non seulement d’afficher des images – jusque-là rien de surprenant pour un écran, c'est même ce qu'on appelle rester dans sa zone de confort –, mais aussi de générer du son, à la manière d'un haut-parleur. Là, d'un coup, c’est plus original. La technologie Acoustic Surface repose ainsi sur des moteurs intégrés dans la structure du téléviseur, chargés de faire vibrer la dalle dans son entièreté, à l’instar d’une banale membrane d’enceinte. Apparemment séduit par l’idée, Sony a décidé d’intégrer le concept à son nouveau Bravia XBR-A1E, un OLED qui utilise la dalle de LG. Le test ultime pour savoir ce que le rendu sonore peut donner sera de passer « La Balunga » à fond, un titre fondateur qui a inspiré les ingénieurs du son de Pink Floyd, The Beatles ou encore PacificSound3030.


Internet

Une IA qui RAISRonne

Une IA qui RAISRonne

Google a déployé une nouvelle IA sur Google+, baptisée RAISR pour Rapid and Accurate Image Super-Resolution. Dédié au traitement des photos, l’algorithme est chargé d’économiser de la bande passante et de la charge de travail pour les serveurs en remplaçant les fichiers haute définition par d’autres au quart de la résolution initiale. L’exemple donné par la pieuvre met en scène une image de 250 x 375 pixels (25 Ko), restituée correctement en 1000 x 1500 (100 Ko) sur un terminal grâce à l’application de filtres spécifiques sur chaque pixel. Le prélude aux retouches de photos via IA ?

Affichage

C’est HDMIeux en 2.1

L

a version 2.1 de la norme HDMI, présentée au CES, prend une avance certaine sur le reste de la technologie. Elle est en effet capable de porter du 10K à 120 Hz, pour une bande passante de 48 Gbits/s (18 Gbits/s pour le HDMI 2.0). Pas certain que des machines capables d’honorer ces spécifications nous arrivent de sitôt. La nouvelle norme sera en tout cas largement capable de faire face à une réalité beaucoup plus proche, la gestion du 4K à 120 Hz (voire 144 Hz pour du PC, grâce au Variable Refresh Rate du Freesync et G-Sync) avec HDR dynamique et du 8K (7680 × 4320) à 60 Hz, HDR également, pour une profondeur de couleur BT.2020 10 bits et plus. Pour replacer ces chiffres dans leur contexte, rappelons que le Kaby Lake d’Intel en est toujours au HDMI 1.4.


Smartphone

Le contraire aurait été détonant

Le contraire aurait été détonant

Selon une source citée par Reuters, l’enquête officielle menée par Samsung sur les batteries explosives du Galaxy Note 7 dédouanerait le design de l’appareil. La firme reporterait l’entière responsabilité du fiasco sur les batteries, une conclusion en contradiction avec les enquêtes indépendantes qui mettent en cause la compacité de l’appareil, la batterie disposant d’un espace de 0,1 à 0,3 mm, là où elle nécessiterait 0,5 mm. L’enquête aura été rendue publique au moment où vous lirez ces lignes. Note aux ingénieurs de Samsung : cherchez pas, 19,5 cm, c'est la bonne cote.


Windows

La fenêtre s’ouvre au jeu

M

icrosoft a lancé son opération séduction à destination des utilisateurs de PC, la Windows 10 Creators Update. Une mise à jour qui, malgré son titre, concernera bien la communauté des joueurs puisque la firme considère la diffusion de parties en ligne comme un acte créatif… arf… mais laissons de côté le fond du débat. La mise à jour inclura le service Beam, qui facilite grandement le partage de flux puisque la fonction sera native, Twitch (Amazon) et YouTube gaming étant clairement visés par l’opération. Autre nouveauté, l’intégration d’un mode jeu voué à améliorer automatiquement les performances des titres – aussi bien Win32 que UWP (Windows Store) – mais sans autres détails. Il sera également question d’une nouvelle interface pour le Xbox Live et du lancement de la Xbox Arena, un outil pour gérer les compétitions e-sport, actuellement en bêta. Le déploiement est prévu au printemps.


Internet

Tant pis pour Titan

Tant pis pour Titan N

ous apprenons que la division X d’Alphabet a définitivement abandonné le projet de drones solaires Titan, dont l'objectif était à l'origine de permettre à l’humanité entière de se connecter à Internet. Enfin, surtout celle vivant dans les zones les plus reculées, comme Châteauroux. Et tant qu’à faire, si cet élan de générosité pouvait étendre la base d’utilisateurs/clients/annonceurs/fichés de Google et consorts, c’était tout bénef'. Non, parce que les grands principes, on va laisser ça aux communiqués de presse. Je critique Google, mais d’un, c’est parce que j’ai une coupure d’eau depuis deux jours et que je ne suis pas d’humeur jouasseuse, et de deux, il n’est évidemment pas le seul à vouloir déployer sa toile au-dessus de nos têtes. Facebook par exemple, travaille également sur ses drones Aquila. Si Titan n’a pas passé l’hiver, Loon, l’autre projet de X en matière de connexion planétaire – à l’aide de ballons stratosphériques – reste d’actualité. OK, de temps en temps ça tombe un peu, comme celui qui s’est aplati début janvier sur Bocas del Toro, au Panama. Mais pouvoir actualiser son statut FB en toutes circonstances vaut bien quelques désagréments.


Radio

Norway FM, no way

Comme annoncé par le ministère de la Culture norvégien en 2015, le pays a entamé le 11 janvier dernier l’arrêt de la diffusion des programmes radio en FM, au profit du tout-numérique. La transition s’étalera tranquillement jusqu’au 13 décembre 2017, comté par comté. La Norvège devient ainsi le premier pays à tourner la page de la radio analogique, au grand dam de 66 % des habitants qui ne verraient pas d’un bon œil cette transition forcée, en raison du coût des nouveaux équipements à acheter. Ils sont un peu « som en fjert i en kurvstol », comme on dit là-bas. Enfin je crois, j’ai pas fait Klingon en seconde langue.


Véhicules autonomes

GTA solution pour l’IA

GTA solution pour l’IA A

ussi extravagant que cela puisse paraître, les chercheurs du projet DeepDrive – dont les travaux portent sur l’intelligence artificielle des voitures autonomes – utilisent GTA V comme bac à sable pour tester leurs algorithmes « en situation ». Et attention, pas pour le côté très vaguement rigolo du truc, mais bien avec l’objectif de les rendre plus efficaces une fois lâchés sur le terrain, en charge de véhicules bien réels avec plein de gens dedans et autour. En l’état, outre les autres voitures, l’IA reconnaît la signalisation, les piétons, les cyclistes. Mais puisque rien ne vaut une communauté de psychopathes pour s'exposer aux cas de figure les plus improbables, le projet est désormais ouvert au public. Les chercheurs proposent ainsi aux joueurs d’utiliser les voitures autonomes de DeepDrive via l’installation d’un mod Universe, une plateforme Python OpenAI spécialisée dans l’intégration d’IA dans les jeux vidéo, les applications ou encore les sites internet. Remarquez, demander à des algos de survivre plus de cinq minutes dans un monde où annihiler son prochain et défoncer des véhicules est un art de vivre finira forcément par leur forger le caractère.

Smartphone

Nokia plie, mais ne cède pas

Nokia vient d’obtenir un brevet concernant un appareil pliable, écran compris, initialement déposé en 2013. De quoi alimenter la conviction du Korea Herald qui annonce une première portée de smartphones Nokia Android pliables pour la fin de l’année. Rappelons que le Finlandais compte sortir des téléphones dans les mois prochains, fabriqués par son partenaire HMD global, également finlandais. Au moins est-on assuré que quelqu’un tienne les rennes dans cette histoire.


GPU

Elle est pas belle Navi ?

Elle est pas belle Navi ? F

aute de place dans la news sur Vega, revenons ici en quelques lignes sur AMD et ses projets en matière de pudding aux pruneaux, voire de GPU. Donc, toujours selon les graphiques publiés par Videocardz.com, une puce AMD Vega 20 à la norme PCI-Express Gen 4 x16 sortirait du chapeau au second trimestre 2018, gravée en 7 nm et motorisée par 64 Compute Units et 16 à 32 Go de mémoire HBM2 (1 To de bande passante, quatre stacks), pour un TDP de 150 à 300 watts. Puis en 2019 viendrait le temps de la puce Navi, gravée en 7 nm, PCI-Express Gen 4 x16, équipée cette fois de 128 NCU et de 16 à 128 Go d’une nouvelle mémoire totalement mystérieuse (allez, soyons fous… de la HBM3 ?). Il serait question de 30 Tflops en simple précision, 50 en demi-précision et 873 en précision totalement pourrie. Un mode qui n’a plus été exploité depuis le Pentium, il est vrai.


GPU

AMD veut assurer Vegra

D

eux cents. Ce n'est pas la vitesse (en km/h) à laquelle vous avez été flashé à vélo après avoir bu à la même bouteille que votre cousin cycliste semi-pro, mais le nombre de changements apportés par AMD à Vega 10, la nouvelle architecture graphique qui remplacera Polaris d’ici juin prochain. La présentation, effectuée le 5 janvier par Raja Koduri, numéro deux de Radeon Technologies Group, a notamment porté sur l’officialisation du recours à la mémoire HBM2. Cette dernière propose une bande passante doublée par rapport à la HBM, avec 256 Go/s par stack. La HBM2 ouvre également la voie aux cartes équipées de 16 Go de mémoire. Le contrôleur mémoire a lui aussi été amélioré. Il sera capable de gérer jusqu’à 512 To d’adresses mémoire virtuelles et de s’amuser simultanément avec le cache L2, la DRAM, la NVRAM, le stockage réseau et la HBM2. Continuons avec le pipeline géométrique 2,75 fois plus rapide, un Pixel Engine boosté situé derrière le cache L2 (ah ça, ils m’auraient demandé pour Polaris, je leur aurais dit), tandis que les NCU gagnent en « souplesse et puissance ». Par ailleurs, si la fuite colportée par Videocardz.com est valide, Vega 10 dépotera du 12,5 TFlops. Dans le détail, nous aurions : 64 Compute Units, 4 096 SP, 256 TMU, 512 Go/s de bande passante HBM2 (deux stacks), 225 watts de TDP. Une Vega 10 double GPU arriverait au second semestre, avec quatre stacks de HBM2 (1 To/s de bande passante) et un TDP de 300 watts. Pour l’anecdote, les machines de démo AMD du CES, équipées de CPU Zen et GPU Vega, balançaient du Doom en 4K Ultra à environ 70 FPS, tandis qu’un sample de CPU octo-core Ryzen tournait à 3,6 GHz/3,9 GHz (mode Turbo). AMD, le retour ?


Industrie

Alors, t’Andy quoi ?

Alors, t’Andy quoi ?

Essential Products est une nouvelle jeune pousse constituée d’anciens d’Apple et de Google, dédiée à la fabrication de smartphones et d’objets connectés. Rien d’exaltant, nous sommes d’accord de chasse. Mais voilà, puisque la compagnie a été fondée par Andy Rubin, le père d’Android, une petite voix dans ma tête m’a conseillé de vous en parler. Sait-on jamais, peut-être qu’Essential Products sortira autre chose que des smartphones haut de gamme, écran bord à bord, coque en céramique et IA. Ah ben non en fait, selon Bloomberg, ça sera bien ça.


Cloud gaming

GeForce le passage vers l’ordi

P

arallèlement au lancement des nouvelles consoles Shield évoquées dans le Tour du périph’, Nvidia étend son service de cloud gaming GeForce Now aux PC et Mac. Une ouverture susceptible d’intéresser les joueurs de basse extraction ne disposant pas d’une machine adaptée aux derniers ludogiciels en vogue, pour peu qu’ils disposent d’une connexion internet pas trop dégueulasse : 60 ms de ping maximum, 10 Mbps minimum, 20 Mbps pour du 720p à 60 FPS, 50 Mbps pour du 1080p à 60 FPS (spécifications tirées du site officiel). Le principe reste dans tous les cas identique : déporter tous les calculs vers les serveurs de Nvidia afin que l’ordinateur de l’utilisateur n’ait plus qu’à décoder le flux vidéo retourné. La puissance 3D est celle d’une GeForce GTX 1060 à 1080, avec une capacité de stockage de 1 To maximum. Pour l’heure, seuls les Nord-Américains pourront profiter du nouveau service à compter de mars. Les catalogues de Battle.net, Gog, Origin, Steam ou Uplay seront intégrés pour acheter les titres. En revanche, l’abonnement de 25 dollars par mois pour un temps de jeu limité à 10-20 heures (GTX 1080/GTX 1060), semble exagéré. Si le principe du cloud gaming vous intéresse, rappelons que le PC virtuel Shadow proposé par les Français de Blade offre six threads d’un Intel Xeon, 12 Go de RAM, une GTX 1070 dédiée et 256 Go de stockage SSD, le tout pour 30 euros par mois.


Industrie

Adieu les copiens

Adieu les copiens

La commission pour la rémunération de la copie privée, l’entité en charge – parmi d’autres époustouflantes fonctions – de l’établissement des taxes prélevées sur les ventes de stockage numérique, enregistre un nouveau départ. Après la quasi-totalité des industriels en 2012 (remplacés par d’autres depuis), c’est au tour de l’association de consommateurs CLCV de claquer la porte. Rappelons que les sièges de la commission sont occupés à 50 % par les ayants droit, 25 % par les consommateurs, 25 % par les industriels. Ça va, c’est super équitable.


Robotique

L’Homme est un robot comme un autre

C

ontinuons sur la lancée de l’article « Asimov soit-il », avec un rapport du Conseil d’orientation pour l’emploi traitant de l’automatisation de l’économie. Vaste sujet s'il en est car effectivement, la frénésie – pour ne pas dire l’hystérie – dont fait preuve l’industrie au sujet de la robotique et de l’intelligence artificielle témoigne de sa volonté d’en farcir la société à tous les étages. Une révolution cybernétique qui, entre autres conséquences, ravagera certains métiers où les machines, plus dociles, plus corvéables, plus rentables. seront préférées aux hommes. Le document se veut toutefois rassurant et indique que « la robotisation et l’IA ne justifient ni frayeur, ni exaltation ». La menace concernerait moins de 10 % des postes existants, en plus rien de très grave puisque ce sont des emplois de pauvres : agents d’entretien (21 %, les plus touchés), ouvriers, aides à domicile, cuisiniers, jardiniers, agriculteurs, conducteurs… Des métiers peu qualifiés dont le Conseil explique, comme pour tout bonne révolution industrielle qui se respecte, qu’ils seront remplacés par de nouveaux boulots, encore à inventer. Vivement l’arrivée des human creative facilitator, future accountability manager, dynamic marketing representative et autres « bullshit jobs ». En attendant, ce bon vieux Watson, l’IA d’IBM, vient de prendre le travail d’une trentaine d’employés d’une société d’assurances japonaise chargée de calculer le montant des remboursements. Loin des 10 % du rapport en question, l'Institut Nomura de Tokyo estime pour sa part à 50 % le nombre d’emplois nationaux automatisés d’ici 2035.


Robotique

Asimov soit-il

Asimov soit-il L

a commission des affaires juridiques du Parlement européen s’est penchée sur la question du droit des robots. Elle estime que la création d’un cadre juridique européen est « urgente », afin de « garantir que les robots sont et restent au service de l’homme ». C’est beau. D’ailleurs, allons déclamer ce passage sur le bord d’une falaise, face à la mer et à la tempête, la chemise à jabot ouverte jusqu’au poil luisant d’humidité, afin de s’imprégner totalement. Le projet décrit la création d’une agence européenne pour la robotique et l’intelligence artificielle, en charge de l’expertise « éthique, technique et réglementaire », avec notamment la mise en place d’une classification des différents types de robots. Pour gagner du temps sur ce point, ils pourraient s’inspirer de celle établie par Doc TB : Vulvita, Anuana, Cuniluga, Felulita, Frisuma, Ouafouafa… C’est carré, clair, efficace. Il est également question des problématiques légales concernant la création intellectuelle d’une IA, de la responsabilité des robots autonomes ou encore – ça ne coûte rien d’y croire – de la mise en place de normes visant à la protection de la vie privée. Pour gérer les embrouilles au quotidien, la commission imagine également une nouvelle institution juridique ès robotique. « Alors XGR-3864, comment expliquez-vous la rixe avec la cafetière JIDJ-98DS ? – Ckiiirzglouggzjkkeerr Ziiiddfdggggkkkrihhh. » Ils vont être sympas, les procès.