358
Sortie en kiosque
le 15 avril 2017

S'abonner
Numéro actuel
Par La Rédaction | le 3 avril 2017

Canard PC 358 : Comme un phare dans l'ennui

News du CanardPC N°351

La BD de Couly

La BD de Couly Une bande-dessinée de Noël à ne pas mettre entre toutes les mains.

 


La statistique qui fout les jetons de la quinzaine : près de 40 % des jeux du catalogue Steam sont constitués de jeux sortis en 2016. Nous avons calculé que s'il avait fallu tous les tester, chaque numéro de Canard PC aurait compté environ 300 pages, coûté 18 euros et aurait dégagé une légère odeur de crotte de chien.

Le téléguide suprême

Des chercheurs de l’université de Stanford sont parvenus à téléguider des souris grâce à de la lumière, et bien que cela ne soit pas super sympa pour les rongeurs qui n’avaient rien demandé, cela ouvre bien des perspectives. D’un côté on a des souris dont les neurones du cortex préfrontal ont été génétiquement modifiés pour réagir à la lumière (on appelle ce champ de recherche l’optogénétique). De l’autre des implants lumineux, que les scientifiques contrôlent comme n’importe quelle petite voiture. Les chercheurs ont glissé les seconds dans le crâne des premières, la lumière a activé les neurones et les souris se sont mises à courir en cercle. Ce qui laisse espérer qu’un jour, on pourra en coller dans le crâne des manifestants pour les empêcher d’aller faire des révolutions dans la rue, ce qui permet d'entrevoir un avenir meilleur pour l’humanité.

Errectum

Errectum Nos lecteurs sont attentifs, enfin surtout quand ça parle de cul. En effet, une petite erreur s’est glissée dans le « En chantier » de Genital Jousting du Canard PC n° 350. Nous y écrivions que le mode de jeu de base consistait, je cite, à « sodomiser ses adversaires tout en essayant de préserver l’intégrité de son propre orifice ». Or, comme nous le fait remarquer Athanorweb, un lecteur qui a l’œil, le but dans ce mode de jeu « n'est pas d'enculer sans se faire enculer, mais bien d'enculer et de se faire enculer. (…) L'air de rien ça change le propos du jeu : il ne s'agit plus de baiser les autres, mais d'organiser une partouze digne de ce nom ». Une remarque pleine de bon sens, et nous l’en remercions.

Les Golden Gabe Awards

Les Golden Gabe Awards Cette année, Steam décerne ses propres awards, ce qui porte à exactement 359 876 216,3 le nombre de cérémonies de récompenses pour les jeux vidéo en cette fin 2016. Le bon côté, c'est que Steam a délégué la corvée à ses usagers et leur a demandé de nommer les jeux de leur choix en huit catégories du genre « Meilleur usage d'un animal de ferme » ou « Meilleur méchant ayant besoin d'un câlin ». Les gagnants seront peut-être déjà annoncés à l'heure où vous lirez ces lignes, mais on s'en fiche un peu : pour une fois, le vrai trésor était le voyage et pas la destination, puisqu'une catégorie personnalisable a vu les joueurs imaginer leurs propres récompenses. On a donc mi-ri mi-pleuré devant Mafia 3 nommé pour le « Jeu le plus bâclé pour sortir avant les fêtes », Inside pour la « Meilleure description de 2016 » et, surtout, Skyrim pour le « Jeu le mieux fignolé ».

 


Un voleur de voiture de Seattle a été bien attrapé, c’est le cas de le dire, lorsque la BMW qu’il venait de dérober s’est brutalement arrêtée et a commencé à lui parler. «Je ne suis pas piégé ici avec toi, c’est toi qui es piégé ici avec moi», a-t-il pu entendre dans les enceintes. Heureusement, la police est venue le chercher avant qu’il ait pu faire une crise cardiaque. Les pandores lui ont expliqué avoir contacté BMW, qui a désactivé la voiture à distance. C’était notre rubrique «l’avenir, c’est déjà demain».

Beat thème all

Les enfants de sept à soixante-dix-sept ans attendaient, partout à travers le monde, des nouvelles de l’accord passé entre Nintendo et Universal sur le dossier « parc à thème ». Fin novembre, les deux géants du divertissement ont enfin révélé quelques détails de leur projet de parcs d’attractions. Les studios Universal à Orlando (Floride), Hollywood (Californie) et Osaka (Japon) accueilleront chacun une ou plusieurs zones remplies de gros carrés marqués d’un point d’interrogation, de gros champignons et de plombiers moustachus, destinées à toute la famille, qui ouvriront « dans les prochaines années ». Et voilà, c’est tout ce qu’on sait. En attendant, vous pouvez toujours jouer à Planet Coaster.

PlayStation Experience : le(s) reste(s)

PlayStation Experience : le(s) reste(s) C

omme à chacune de ses conférences ou presque, Sony met le paquet sur les annonces. Qu'il s'agisse de gros AAA poisseux, de jeux indépendants plutôt sexy ou de collections HD, l'éditeur a encore occupé le terrain avec un paquet de titres. Tellement qu'on est obligé de faire une liste avec des petits points pour faire sérieux :

- En plus de son The Last of Us Part II, Naughty Dog a également dévoilé Uncharted : The Lost Legacy qui mettra en scène Chloé et Nadine, deux personnages déjà croisés dans la série.

- Housemarque (le studio derrière Resogun et Alienation, actuellement au boulot sur un intriguant Matterfall) a dévoilé Nex Machina (image), un jeu d'action vu de dessus bourré de voxels et de particules, en collaboration avec le créateur de Robotron et Smash T.V.

- Histoire de faire rire petits et grands, Knack 2 a également été annoncé, tout comme Let it Die, carrément sorti pendant la conférence dans un concert de silences gênés.

- Gêne encore et toujours avec Starblood Arena, un shoot multijoueur à bord de mechas pour PlayStation VR.

- On a également revu passer l'intrigant Vane, développé par Friend & Foe (composé d'anciens du projet The Last Guardian), un joli jeu d'aventure et exploration encore mystérieux.

- Enfin, c'est la fête du slip côté recyclage puisqu'on a découvert l'existence de la WipEout Omega Collection (les épisodes PS3 et Vita retapés tout beaux tout propres) et d'un Crash Bandicoot Nsane Trilogy, remaster des trois premiers épisodes sortis dans la fin des années 1990. Bien parti sur sa lancée, Sony a également annoncé des remasters HD de Parappa the Rapper, Loco Roco et Patapon. Pfiou


Le combat de confiance

Le combat de confiance Quand on est fan de jeux de baston, on est habitué à s'enflammer pour des rumeurs et à vivre d'intenses déceptions. À chaque joueur sa série obscure préférée, qu'il s'agisse de Darkstalkers, Rival Schools, ou Marvel vs. Capcom. Sauf que ces derniers ont eu une excellente raison de prendre feu ces derniers jours puisque Capcom, que l'on pensait en froid avec Marvel niveau exploitation de droits, vient d'annoncer Marvel vs. Capcom Infinite, un jeu de combat en 2v2 qui rappelle Street Fighter X Tekken (ou Marvel Super Heroes pour les plus vieux) avec ses enchaînements à deux et ses gemmes qui accordent des pouvoirs aux combattants. Dernier mais non des moindres, comme dirait Jacques Toubon, l'éditeur a surtout annoncé le portage de l'excellent Ultimate Marvel vs. Capcom 3 (9/10 dans Canard PC n° 244, disparu des magasins en ligne depuis fin 2013) en 60 FPS et 1080p sur PlayStation 4 dès aujourd'hui et sur Xbox One et PC en mars 2017.

 


On ne tient plus Maria Kalash et Pipomantis qui, absolument extatiques, jettent des assiettes en carton à travers la rédac : l'excellent jeu de frisbee Windjammers sorti sur NeoGeo en 1994 est prévu sur PS4 et Vita avec – pour la première fois – un mode versus en ligne.

Reçu cinq sur cinq

Et pan. Vous avez mis une étoile sur cinq à un commerce sur Yelp et vous vous retrouvez dans un pétrin monstrueux, avec des milliers de dollars de dettes qui réduisent lourdement vos capacités d'emprunt. Eh oui, des commerçants américains peu scrupuleux n'hésitent pas à imposer des « clauses de non-dénigrement » à leurs clients, pour ensuite réclamer un petit pactole à ceux qui se plaignent publiquement. Une situation qui devrait cependant disparaître dans les mois à venir, puisqu'un projet de loi, en création depuis 2014, n'attend désormais plus que la signature d'Obama pour protéger les citoyens étatsuniens face à ce genre d'abus. Et pendant ce temps, les Français, ce noble peuple de contestataires, peuvent continuer de coller une sale note à leur restaurant, sous prétexte que les rince-doigts avaient un mauvais goût.

Zynga, c'est plus fort que toi

Zynga, c'est plus fort que toi Zynga, développeur bien connu de jeux « sociaux » (Farmville, Words With Friends et autre Zynga Poker, sur plateformes mobiles et Facebook), ne rigole pas trop. La firme californienne vient de porter plainte contre deux de ses ex-employés, dont un ancien directeur créatif sur un projet secret, et contre leur nouvel employeur. L’un et l’autre auraient récupéré, avant de la quitter, des données de l’entreprise (on parle de 14 000 documents) et les auraient foutues sur une clé USB avant de tout effacer de leur PC de boulot, l'air de rien. Comme ils travaillent désormais pour Scopely, l’un des rivaux montants de Zynga, le doute est permis sur la destination de ces sauvegardes. Pour une entreprise qui a fait une partie de sa fortune sur le repompage des jeux des autres, se faire piller à son tour doit avoir une saveur particulière.

Mads Magazine

Mads Magazine Death Stranding, le jeu de Hideo Kojima également connu sous le nom de code « ces gros bâtards de Konami m’ont annulé mon Silent Hills je m’en fous je vais faire mon jeu d’horreur ailleurs, nananère, et j’embarque d’ailleurs Norman Reedus avec moi, rep à ça tas de cons » (moui, les noms de code, c’est pas son fort, à Kojima…), a refait parler de lui aux Game Awards. En plus d'embarquer le moteur graphique Decima (celui utilisé par Horizon : Zero Dawn) sous son capot, le jeu s’est dévoilé dans une nouvelle bande-annonce. On y voit un caméo de Guillermo Del Toro, le coréalisateur frustré du Silent Hills annulé, ainsi que Mads « Hannibal Lecter » Mikkelsen qui fait ainsi son entrée officielle dans le casting. Dire qu’on avait déjà peur d’y jouer avant…

 


On ne tient plus Maria Kalash et Pipomantis qui, absolument extatiques, jettent des assiettes en carton à travers la rédac : l'excellent jeu de frisbee Windjammers, sorti sur NeoGeo en 1994, est prévu sur PS4 et Vita avec – pour la première fois – un mode versus en ligne.

Procédure publicitaire

Malgré des hordes de joueurs en colère, tant pour les dizaines d'euros enfoncés pièce par pièce dans leur fondement que leur incapacité à comprendre une phrase simple comme « on ne précommande pas, abruti », l'autorité anglaise en charge de la régulation publicitaire n'a finalement décelé aucun mensonge dans les bandes-annonces de No Man's Sky. Après avoir consulté les développeurs et Valve, l'organisme a en effet déclaré que la génération procédurale mettait le studio à l'abri de toute plainte, puisque son utilisation entraîne des résultats qui peuvent varier, d'un support à l'autre. En même temps, dans un monde où l'on prend des photos de hamburgers parfaits pour vous servir un vieil étron tout humide, il fallait vraiment croire aux miracles pour penser que les autorités y verraient une quelconque supercherie.

Le finalement pas dernier d’entre nous

Le finalement pas dernier d’entre nous Lors de la dernière conférence de Sony, l’une des annonces qui a mis le plus en émoi l’assistance – composée, il est vrai, comme c’est la tradition dans le jeu vidéo, de personnes émotives à un degré pathologique – fut sans conteste l’annonce de The Last of Us 2 et le retour, cinq années plus tard, du duo formé par Joel et Ellie (avec cette dernière dans le rôle principal, cette fois). Hum, pardon, ce n’est pas un TLOU 2, mais TLOU « Part II », pour souligner le fait que cette suite complète le premier opus, que beaucoup considèrent pourtant comme une histoire suffisamment forte, complète et cohérente pour qu’une suite fût tout sauf nécessaire. Eh ouais, les gars, mais quand on s’aperçoit qu’on est assis sur un coussin rempli de billets de 500 euros, même si c’est confortable pour les fesses, on finit par se lever pour piocher dedans, c’est humain.

L’enfer, c’est les avocats des autres

L’enfer, c’est les avocats des autres La porte des enfers vient de s’ouvrir à nouveau, et cette fois, ce sont des hordes d’avocats qui en ont déferlé… Ceux de Zenimax, en l’occurrence, chargés qu’ils sont par l’éditeur de sermonner les manants qui osent poser un orteil sur leur propriété (intellectuelle). Kornel Kisielewicz a ainsi reçu une lettre des avocats de l’enfer, lui intimant de fermer son site sous peine de poursuites judiciaires. Le site en question, c’est celui de DoomRL, un excellent rogue-like gratuit basé sur l’univers du FPS créé par id Software auquel joue régulièrement notre camarade Louis-Ferdinand Sébum d’une main, tout en relisant les textes du magazine et en codant son moteur graphique maison de l’autre (oui, c’est un extraterrestre). Ce bon vieux Kornel a réagi en déclarant un sibyllin « we’re fucked » (« c’est plutôt mal engagé », dans la langue de Molière). Reste plus qu'à espérer pour ce brave gars que Jupiter Hell, le successeur spirituel de DoomRL, aura réussi son financement participatif à l’heure où vous lirez cette news.

 


Telex D’après une étude commanditée par le Syndicat des éditeurs de logiciels de loisirs, les deux tiers des familles françaises envisagent d’offrir un jeu vidéo à quelqu’un à Noël. On souhaite juste pour les gosses que ce ne soit pas le dernier Gears of War.

Télex

Vous avez aimé payer trente balles pour obtenir huit nouveaux personnages en un an sur Rainbow Six : Siege, avec le premier season pass ? Vous adorerez le second qui se profile à l'horizon et promet exactement la même chose. Maintenant, de là à savoir si vous allez payer pour une « expérience complète »...

Le futur du jeu vidéo est déjà là

Le futur du jeu vidéo est déjà là Après avoir lancé un client Windows dédié aux jeux vidéo (bon, juste les jeux Facebook, calmons-nous...), le premier réseau social continue d'attaquer de face l'industrie vidéoludique. Sa dernière innovation révolutionnaire qui va chambouler la galaxie : intégrer des jeux aux flux d'actus et à la messagerie entre utilisateurs. Sont donc disponibles dès à présent sur Facebook des titres innovants et révolutionnaires comme Pac-Man, Arkanoid, Galaga, Space Invaders ou Track & Field. Oui bon, c'est un peu vieux. Parmi les titres plus récents, on trouve Puzzle Bobble, Zookeeper, un clone de 2048 et une variante du rami. OK, une seule conclusion : ça ne s'adresse qu'aux membres du troisième âge. Notez qu'Apple avait lancé il y a quelques mois une fonctionnalité similaire dans iOS 10 en intégrant des jeux à iMessage, mais bon, on est entre nous, soyons sérieux deux minutes : iMessage galère déjà pour envoyer des messages, alors qui irait s'en servir pour jouer ?

La guerre des clones Z

La guerre des clones Z Quatre ans après sa sortie, la petite histoire de The War Z se poursuit. Temporairement banni de Steam, renommé Infestation : Survivor Stories suite à un conflit avec le film World War Z, conspué par tout le monde à cause de son raz-de-marée de bugs, le jeu avait en plus changé de développeur au milieu de son accès anticipé. Le studio d'origine, de son côté, avait ressorti quasiment le même jeu sous le nom Romero's Aftermath. Vous trouvez ça compliqué ? Attendez, ça empire : à l'heure où vous lirez ces lignes, Infestation : Survivor Stories comme Romero's Aftermath auront fermé leurs portes (tout comme Asteroids : Outposts, lancé sans succès avec Atari par les développeurs de War Z), remplacés par Infestation : The New Z, le même jeu mais encore une fois chez un autre studio. Tant qu'à faire, les développeurs d'origine, visiblement pas lassés, ont eux lancé Shattered Skies ; toujours la même chose mais à présent en version science-fiction. C'est beau de voir tant d'ambition.

 


Telex The Hunter, le jeu free-to-play de simulation de chasse en ligne, va se renommer en The Hunter Classic. En cause : la sortie, dès 2017, d'un tout nouveau titre appelé The Hunter : Call of the Wild, qui sera, lui, payant et plutôt superbe – si l'on en croit les premières captures d'écran qui montrent des bisons dans la neige et des cerfs dans les bois. On a déjà hâte d'attendre pour rien tapi au milieu des ronces pendant trois heures dans cet Arma de la chasse.

C'est complet

Face à la lente étreinte de Bolloré, Ubisoft panique et appuie sur tous les boutons dans l'espoir de déclencher une réaction. Cette fois, c'est un gros voyant « les DLC c'est caca » qui vient d'être allumé par hasard, entraînant du même coup une curieuse déclaration. Anne Blondel-Jouin, vice-présidente des live operations, a en effet affirmé dans une interview au site gameindustry.biz que les jeux d'Ubisoft n'auraient désormais plus de DLC à acheter « pour obtenir une expérience complète ». Si ça peut vous rassurer, personne n'a rien compris, au point qu'un communiqué est venu préciser les propos de l'intéressée. En clair, Ubisoft vient de découvrir en 2016 qu'offrir de nouvelles cartes aux joueurs de Rainbow Six : Siege est une bonne idée, puisque cela ne divise pas la communauté, contrairement aux DLC payants. Sans déconner ?

Le frigo, nouvel horizon du jeu vidéo

Le frigo, nouvel horizon du jeu vidéo Le site The Verge a demandé au discret PDG d'Electronic Arts, Andrew Wilson, qui a repris la barre de l'éditeur en 2013, comment il imaginait sa vie de joueur en 2021. Sa réponse : « À la minute où je me réveillerai le matin, tout aura un impact sur mes jeux. Le nombre d'œufs que je mettrai dans mon frigo relié à Internet améliorera la vie de mes Sims. La distance que je ferai dans ma Tesla me donnera plus de carburant dans Need for Speed. Et si je vais jouer au foot l'après-midi, je pourrai obtenir de nouvelles cartes FIFA grâce à mes chaussures de sport connectées. » Voilà, c'est donc l'objectif d'Electronic Arts sur le long terme : que les joueurs puissent interagir avec leurs jeux partout, tout le temps. Andrew Wilson explique d'ailleurs que leur moteur maison, le Frostbite, commence déjà à être retravaillé pour supporter « 30, 40 ou 50 plateformes différentes ». 2021 sera donc l'année où nous jouerons enfin à Battlefield sur un frigidaire accéléré 3D tout en le bourrant de bières et de saucisses pour faire tirer l'artillerie allemande.

Blizzard, 25 ans, accro aux FPS violents

Blizzard, 25 ans, accro aux FPS violents Les développeurs de Blizzard ont attendu 25 ans avant de sortir un premier FPS, mais ils y ont apparemment pris goût. Pas étonnant vu les millions qu'a dû leur rapporter Overwatch, le FPS préféré des 8-10 ans. À la rubrique Offres d'emploi de son site web, le studio recrute deux ingénieurs software bourrés d'XP afin de travailler sur « un moteur de jeu à la première personne servant sur un projet qui n'a pas encore été annoncé ». Bien sûr, les forums se sont enflammés. Naruto_du_94 affirme que ça sera un FPS Starcraft, darkMorph3us rêve d'un FPS Diablo tandis que -(n0sc0pe)-Billou imagine déjà Overwatch 2. La vérité est que personne n'en sait rien, et que vu les cycles de développement de Blizzard, nous n'aurons probablement aucune info sur ce projet avant le retour en grâce de Jean-François Copé – c'est-à-dire 2020 au plus tôt.

 


L'antique GTA IV vient de bénéficier de son premier patch en… six ans. Depuis la mort de Games for Windows Live, il était en effet devenu difficile de sauvegarder dans le jeu si étroitement lié au DRM infect de Microsoft. Enfin, je vous raconte ça mais on ne peut toujours pas sauvegarder comme il se doit : Rockstar a juste déployé un patch de compatibilité avec les cartes graphiques modernes. Pour la sauvegarde, on se donne rendez-vous dans six ans ?

Marre du trou

Marre du trou La société éditrice de Cards Against Humanity, le jeu de cartes que tous les adolescents habillés en noir trouvent super politiquement incorrect et que tous les progressistes vociférants vouent aux gémonies (ce qui donne envie de déporter les uns et les autres sur une île déserte afin qu’on puisse enfin avoir la paix, mais c’est une autre histoire) vient d’avoir une excellente idée, le « holiday hole ». Derrière ce nom étrange se cache un noble objectif, pas plus con que bien des projets qu’on trouve sur Kickstarter : lancer un financement collectif pour creuser un grand trou. Comme ça, pour rien. Avec 100 000 dollars récoltés à l'heure où j'écris ces lignes, le trou commence à avoir une bonne tête (vous pouvez en juger par vous-même sur holidayhole.com). Mais le plus admirable reste cet extrait de leur FAQ. À la question « pourquoi ne pas plutôt donner cet argent à une œuvre de charité ? », les garnements répondent « pourquoi est-ce que vous ne le donnez pas à une œuvre de charité ? C’est votre argent après tout. » #Amédité, comme disait Blaise Pascal.

R.A.P.T.

R.A.P.T. Entre ses films avec Michael Fassbender (ou Rainer Fassbinder, je sais plus), ses modes « hot coffee » du pauvre à base de passantes sans culotte – sans doute une référence subtile à Assassin’s Creed Unity –, ses vrais leaks, ses faux leaks qui en fait sont vrais, il devient difficile de suivre la communication d’Ubisoft. Dans le doute, on supposera donc que la boîte-à-Guillemot n’est absolument pas responsable du ransomware qui a infecté la régie des transports publics de San Francisco le vendredi 25 novembre dernier. Le méchangiciel a crypté toutes les données utilisateurs présentes sur les serveurs de la régie avant de réclamer 100 bitcoins (un peu moins de 75 000 dollars) pour rendre l’accès aux fichiers atteints. Si le réseau de transport lui-même n’a pas été atteint, le système de paiement a pris cher, obligeant la régie à déverrouiller tous les portiques en déclarant en gros « OK c’est gratuit pour tout le monde, aujourd’hui c’est la fête. » Vous savez, un peu comme ce que fait la RATP pendant les grèves. Non, je déconne.

Polarhume de cerveau

Polarhume de cerveau On a dit beaucoup de mal de Niantic, et à raison : la boîte de John Hanke a un rapport, disons, décomplexé avec les données personnelles de ses utilisateurs et n’a jamais expliqué clairement ce qu’elle comptait faire des montagnes d’infos de géolocalisation récupérées durant ce que les historiens appellent en frissonnant « la grande fièvre du Pokémon » (juin 2016 - septembre 2016). Mais en apprenant aujourd’hui qu’une énorme mise à jour de son titre phare est prévu pour le mois de décembre, avec plus de 100 nouveaux Pokémon et des combats entre joueurs, on a envie de leur pardonner. Balancer sur les routes, en plein hiver, au milieu du blizzard, tous les adolescents du monde, quelle riche idée. Gageons qu’après avoir attrapé une bonne pneumonie, ces pourris-gâtés sauront se contenter pour Noël d’un bol de soupe et d’une bouillotte, comme au bon vieux temps, au lieu de réclamer à leurs parents épuisés une Xbox 4 Pro où je ne sais quelle autre cochonnerie pleine de terres rares et de métaux lourds.

 


Aaryn Flynn, l'un des pontes de Bioware, a confirmé récemment au magazine Game Informer que dans la toute nouvelle licence du studio – d'ores et déjà en développement –, le scénario « jouerait un rôle important » et que Bioware n'allait d'ailleurs pas tenter de réinventer la roue avec ce projet. Il paraît aussi que le studio a fait un grand lit avec ses acquis pour se reposer dessus.

Savoir prendre des gants pour le dire

Savoir prendre des gants pour le dire Le 22 novembre, un petit groupe de moddeurs a réalisé l'impossible : sortir de nouvelles versions de plusieurs maps de Counter-Strike : Global Offensive (Dust2, Cache, Mirage, Overpass) rajoutant de nouvelles conditions climatiques. Pluie, orage, tempête de sable, brouillard et tous les états en rapport (petite bruine, grosse pluie, éclairs dans tous les sens, nuages de poussière...) ont été intégrés. Valve n'a rien dit. Et puis pile poil une semaine plus tard, paf, la nouvelle mise à jour de CSGO a ajouté la possibilité de récupérer de nouveaux gants. Un changement purement cosmétique, mais ne négligez pas son importance ! Coincé sur une corniche battue par les vents et noyée sous les trombes d'eau, savoir que ses mains sont bien protégées dans des gants à votre goût n'est pas seulement important : c'est essentiel ! Que dis-je, c'est indispensable !

 


Déjà bien entamé par Lego Dimensions l'an passé, Skylanders semble avoir été achevé cette année : même le dessin animé sur Netflix n'a connu qu'un maigre succès, et pourtant il ne demandait aucune figurine supplémentaire à 15 balles. Sans surprise, Activision réfléchirait donc à « une pause » en 2017, ce qui dans le langage de l'industrie équivaut à faire du snorkeling avec des palmes en parpaings.