Elite : Dangerous, le JdR perdu dans un trou noir juridique

Tout se passait plutôt bien pour le Kickstarter du jeu de rôles papier Elite : Dangerous. Plus de 65 000 livres collectées sur les 45 000 visées, encore une grosse dizaine de jours avant le terme de sa campagne. Et paf, interruption des programmes : un mail est envoyé aux backers pour leur signaler la suspension du projet pour cause de plainte pour violation de la propriété intellectuelle. Pas du studio Frontier, qui a accordé les droits pour cette adaptation, mais d’un certain Chris Jordan. Ce dernier a racheté les droits sur la licence Elite de Ian Bell, cocréateur du jeu originel avec David Braben en 1984. « Elite-tout-court », rétorquent en chœur Frontier et Spidermind Games, la société éditrice du jeu de rôles, « mais pas Elite : Dangerous ». À l’heure où vous lirez ces lignes, un accord aura peut-être été trouvé. Sauf si une agence de mannequins anorexiques ou un site de rencontres pour cadres germanopratins décident subitement de se plaindre à leur tour.

Numéro
Image
nb_pages
0.30