358
Sortie en kiosque
le 15 avril 2017

S'abonner
Numéro actuel
Par La Rédaction | le 3 avril 2017

Canard PC 358 : Comme un phare dans l'ennui

Ses derniers articles

A venir

Prey

Le candidat du système Shock

En chantier

Battlegrounds

Le dernier roi des crosses

En chantier

H1Z1 : King of the Kill

Le jeu le plus dangereux

En chantier

H1Z1 : Just Survive

Ensemble, tirons sur l'ambulance

A venir

Prey

Le candidat du système Shock

L'espace. Une infinité de possibilités. Une infinité de façons de mourir, aussi, vu la sale tendance qu'ont les choses à partir en cacahuète dès qu'on les confine dans un vaisseau spatial. Il paraît que même y écrire au crayon à papier provoque des catastrophes, parce que de petits morceaux de graphite peuvent être projetés jusque dans des engrenages délicats et provoquer des incendies ravageurs. Une broutille dans l'univers de Prey, où l'on a dépassé le stade de l'écriture au crayon à papier depuis longtemps : dans l'espace, on réalise carrément des expériences complexes sur des aliens meurtriers. Ça alors, qui aurait pu prédire que ça tournerait mal ?

En chantier

Battlegrounds

Le dernier roi des crosses

Grâce à ses mods Battle Royale, Playerunknown a vendu des brouettes d'Arma 3 et de H1Z1. Que voulez-vous, c'est ça être un moddeur, on travaille gratuitement, on sauve des jeux grâce à un bricolage populaire, on nage dans l'altruisme le plus total. Bon, et peut-être qu'un jour on se dit que ça serait formidable d'être payé. Alors on crée encore un nouveau Battle Royale, sur un moteur maison. Et celui-là on le vend, parce que l'altruisme ça ne règle pas les factures.

En chantier

H1Z1 : King of the Kill

Le jeu le plus dangereux

Mars 2016. En un mois, le jeu de survie H1Z1 a perdu les trois quarts de ses trente mille joueurs actifs. Dans le jeu vidéo, on situe ce genre de situation entre la balle dans le genou et l'auto-amputation d'un bras. Pourtant, Daybreak Game Company se frotte les mains. Ses vingt mille joueurs ne se sont pas évaporés : H1Z1 vint simplement de se scinder en deux jeux distincts, et la foule qui a fui H1Z1 : Just Survive – mots-clés : zombies, survie, fadeur – a juste migré sur H1Z1 : King of the Kill – mots-clés : Battle Royale.

En chantier

H1Z1 : Just Survive

Ensemble, tirons sur l'ambulance

La dernière fois qu'on vous a parlé de H1Z1 : Just Survive, c'était en janvier 2015. En ces temps antédiluviens, Guy Moquette, un héros au cœur pur (on parle du cœur, pas du foie), s'était aventuré dans ce jeu de survie en territoire zombie afin d'en sonder l'âme en profondeur. S'agissait-il d'un digne concurrent à DayZ, ou bien d'un sombre étron tout juste bon à être jeté au fond d'une fosse (oui, à l'époque, il n'y avait pas de toilettes) ? La phrase la plus positive de son récit restant « le bruit de la pluie est vachement chouette », on pencha plutôt pour l'hypothèse fécale.

Ses articles les plus appréciés par les lecteurs

A venir | n°358

Prey

Tous ses articles