Parmi les grandes questions qui se posent à moi tous les jours, alors que je fais du yoga, que je médite occasionnellement, que je veille plus ou moins à ce que mon équilibre alimentaire repose sur des sources respectueuses de la planète et des êtres vivants qui la peuplent, je me demande donc comment, dans ce grand bain de bienveillance et de non-jugement, comment préserver la sombre connasse qui sommeille en moi. Mon cahier d’injures à colorier est venu apporter une réponse à ce besoin d’équilibre. Colorier, vous le savez, comme beaucoup d’activités qui impliquent de se concentrer sur un travail de précision (le tricot, la marquetterie, la peinture sur figurines) procure une forme de détente. Les injures, elles, sont susceptibles de procurer une forme de catharsis. Pour ne rien gâcher, les trente-quatre motifs de ce cahier sont, à quelques exceptions près, très jolis (essentiellement floraux et mandalesques) ; les moches permettront de se livrer à un grabouillage agacé d’autant plus salutaire. Je reconnais avoir un peu frissonné avant d’ouvrir le cahier et d’en découvrir les insultes et gros mots sélectionnés, mais le choix plutôt varié offre un assortiment assez vaste, qui va de l’adorable « petit caca » au révoltant « poufiasse », en passant par « mocheté », « pauvre loser », et le collectif « bande de nazes ». Le papier ne satisfera probablement pas les adeptes du coloriage au feutre, et la reliure empêche de colorier le bord du dessin. De menues sources d’agacement qui vous motiveront sans doute à enchaîner sur l’insulte suivante.