Dans les steppes glacées et infinies de la Grande Toile Mondiale (oui, bon, ça sonne moins bien que World Wide Web mais vous avez l'idée), on trouve de tout et surtout, de n'importe quoi. À mesure qu'Internet se remplit, les vraies belles trouvailles se font de plus en plus rares, tant il faut franchir de forêts de déchets pour les atteindre. Imaginez donc ma surprise en découvrant le travail de Victor Love, un Italien qui, caché derrière le pseudonyme Master Boot Record, fait de la musique avec de vieux ordinateurs 486DX cadencés à 33 MHz. Je l'ai découvert grâce à une reprise jouissive d'un morceau du premier Doom, toute en violence et en bruits de tronçonneuse numérisée (http://cpc.cx/MBRDoom). L'occasion de découvrir ses nombreuses reprises de jeux PC (Dune, Turrican, System Shock et j'en passe) mais également sa page Bandcamp, où il a déjà sorti quatre albums extraordinaires à mi-chemin entre la synthwave, la chiptune et le metal. Quatre grosses œuvres bourrées d'énergie et de violence, au point qu'il nous paraît inconcevable qu'il n'ait jamais été appelé pour faire une BO de jeu vidéo. Mais tout vient à point à qui sait attendre et, histoire de patienter, je vous conseille largement de jeter une oreille (et quelques pièces) en direction du bonhomme. Attention toutefois, risque d'acouphènes, de sourire béat sur le visage et d'envie de tout péter dans votre appartement.