Puisque vous me posez la question, il se trouve que depuis quelques minutes, les circonstances de la vie ont fait que je suis devenu féru de musique romantique asiatique, surtout celle qui colle aux oreilles tellement elle est gluante. C’est vrai, j’ai eu un peu de mal au début mais après le trentième refrain dégoulinant de pleurnicherie et d’enchaînements d’accords surfaits, j’ai enfin aperçu la beauté cachée des harmonies. Mea culpa donc, et pour fêter ça, j’ai décidé de me remettre à la musique afin d’intégrer un groupe local le plus rapidement possible. Ça va être génial, surtout que j’ai déjà choisi l’instrument qui conviendra parfaitement aux arrangements, l’octobasse. Une beauté inventée par le luthier français Jean-Baptiste Vuillaume en 1850, dotée de trois cordes tellement grosses qu’elles sont activées par un mécanisme, et à côté de laquelle une contrebasse fait figure de mannequin anorexique pour yoghourts allégés. Bref, ça descend bas. Très bas même, et ça risque bien de couvrir tout le reste du groupe. HA HA ! bon dieu, comment je vais me régaler à leur pourrir leurs insupportables chansonnettes en faisant passer ça pour de la « French touch so romantic ». Voilà, c’est ça que je vais faire, et ils l’auront bien cherché les salauds. Bon ça reste entre nous hein, musicien infiltré, c’est chaud, ça peut vite se terminer au fond d’une rizière.