358
Sortie en kiosque
le 15 avril 2017

S'abonner
Numéro actuel
Par La Rédaction | le 3 avril 2017

Canard PC 358 : Comme un phare dans l'ennui

News Hardware du CanardPC N°348

Puces

Quand Linus tord ARM

Quand Linus tord ARM Linus Torvalds, géniteur du noyau Linux, pense que l’architecture ARM n’est pas prête à supplanter le x86. Une idée livrée à l’occasion de la conférence Linaro Connect, qui repose sur le constat d’omniprésence du x86 dans les écosystèmes matériels. « Le jeu d’instructions et le noyau du CPU ne sont pas très importants. (…) C’est un facteur sur lequel les gens ont tendance à se fixer mais ce qui importe, c’est l’infrastructure disponible autour du jeu d’instructions. Et x86 fournit cette infrastructure, à plusieurs niveaux », argumente Linus. Et de rajouter, fidèle à sa réputation de franc parler : « En tant que plateforme matérielle, ARM reste peu agréable à utiliser ». Il considère dans la foulée le Raspberry Pi comme « un jouet », avant de conclure qu’ARM ne peut pas gagner tant qu’il ne « fournira pas une plateforme que les développeurs utiliseront comme machine principale ». Passons rapidement sur les divers autres pics envoyés durant la conférence, avec par exemple un Internet des objets « trop verrouillé pour que la communauté Linux s’y intéresse ». Au moins, ARM n’aura pas froid cet hiver.

Voiture connectée

Pas d’Apple, car voilà, non

Bloomberg croit savoir qu’Apple a abandonné l’idée de fabriquer sa voiture électrique, face aux difficultés d’ordre stratégique et opérationnel. Mille personnes œuvraient sur le projet, en partie réassignées à d’autres activités. Ainsi, 120 ingénieurs travaillent désormais uniquement sur le volet logiciel afin de proposer, à l’avenir, des systèmes embarqués et autres solutions autonomes à l’industrie automobile.

Sécurité

Du chiffrement pour rester Zen

Du chiffrement pour rester Zen C’est une lapalissade, mais face à Intel, AMD se doit d’innover pour exister. Si la bataille s’avère difficile sur le terrain des performances brutes, la firme compte sur d’autres idées pour que son prochain APU Zen fasse la différence, notamment sur le marché professionnel. Ainsi, le SoC accueillera en son sein un Secure Processeur, comprendre : un microcontrôleur 32 bit ARM-Cortex A5 dédié au chiffrement des données en AES 128-bit, avant qu’elles ne soient transmises à la mémoire vive. Techniquement, le Secure Processeur est séparé en deux entités, la Secure Memory Encryption (SME) et la Secure Encrypted Virtualization (SEV). Car oui, la technologie est compatible avec les machines virtuelles et chaque entité – virtuelle et physique – dispose de ses propres clés de chiffrement. Selon AMD, ce traitement des données n’aurait pas d’impact significatif sur les performances. Au pire, le chiffrement peut n’être appliqué que sur une partie des données, pour alléger la charge. Souhaitons que le Zen réserve encore d’autres bonnes surprises du même genre.

Réalité virtuelle

Morphée s’est réveillé

La PlayStation VR, le casque de réalité virtuelle de Sony (5,7 pouces, 960 x 1080 par œil, champ de vision de 100 degrés), est disponible depuis quelques jours. Vendu 400 euros environ, il nécessite toutefois la PlayStation Camera (60 euros) pour fonctionner. La paire de contrôleurs PlayStation Move coûte quant à elle 90 euros à peu près. À noter que le casque accueille n’importe quel signal HDMI pour être utilisé en tant qu’écran virtuel 2D (console, PC, Mac…), mais il devra toutefois rester connecté au port USB de la PS4.

Stockage

Le point dur

Le point dur Quelques informations en passant sur le monde des disques durs, qui oui, existent encore. Western Digital tout d’abord, qui nous informe avoir vendu 10 millions de disques durs à la voix nasillarde, farcis à l’hélium donc, ce depuis le lancement de la technologie HelioSeal en 2013. C’est bien, bravo mon champion. Seagate ensuite, qui annonce le doublement de la capacité du disque dur 2,5 pouces Firecuda, un SSHD hybride de 2 To, 5 400 tours/minute, 8 Go de mémoire flash, débit de 140 Mo/s et 13 ms de temps d’accès, 125 euros environ (existe aussi en version 500 Go et 1 To). Pour les gros consommateurs de bits, le fabricant propose également un nouveau Barracuda de 2,5 pouces offrant cette fois une confortable capacité de 5 To. Non, peu de chances qu’il rentre dans votre portable, car cette capacité se paye par une épaisseur de 15 mm afin de loger les cinq plateaux de 1 To chacun. La bestiole tourne à 5 400 tours/minute pour un débit de 130 Mo/s en lecture, exploite 128 Mo de mémoire cache et revendique un temps d’accès de 14 ms. 240 euros environ.

Réalité virtuelle

La VR est à la Modal

Pendant qu’une partie des fabricants s’interroge sur le devenir de la réalité virtuelle et préfère prendre le temps de la réflexion (Apple, Samsung…), une autre continue de pousser un wagon rempli de nouveaux casques et projets. C’est aujourd’hui au tour de Nolan Bushnell, cofondateur d’Atari, de franchir le pas avec la cocréation d’une nouvelle société, Modal VR. Cette dernière vise la commercialisation d’une solution de réalité virtuelle propriétaire, uniquement destinée à l’industrie du loisir. Comme quoi, l’envie d’entreprendre de Nolan n’a pAtari. Plus qu’un énième casque, le Core System de Modal VR est surtout une plateforme qui permet à de multiples utilisateurs de gambader comme des garennes sur une surface de 83 612 m2 (!), équipé d’un casque dont les flux sont transmis sans fil avec une latence maximale de 10 ms. Il est facile d’imaginer toutes les possibilités ludiques que ce système peut offrir, avec de multiples attractions virtuelles pour amuser un public avide de sensations fortes. Le concept n’est cependant pas nouveau, avec par exemple le projet de parc d’attractions VR « The Void », qui va exactement dans le même sens. Quoi qu’il en soit, si le destin de la VR grand public reste incertain, son succès dans l’industrie du loisir ne semble pas faire de doute.

Drone

Quand l’espoir sang vole

Quand l’espoir sang vole Dans la série « les drones ne sont pas tous nos ennemis », la start-up américaine Zipline a lancé au Rwanda un service de livraison de poches de sang par drone. Les quinze drones de la flotte répondront désormais aux urgences en acheminant le sang aux cliniques de province – pas toujours aisément accessibles – en seulement 30 minutes de vol maximum, au même coût qu’une livraison terrestre. Chaque appareil peut transporter jusqu’à trois poches de sang de 500 grammes à une vitesse de 70 km/h.

Stockage

CFA exprès, c’est sûr

La CompactFlash Association (CFA) pense à l’avenir des cartes mémoire, avec dans ses cartons un nouveau standard baptisé CFexpress. Ce dernier se veut citoyen du monde, universel et ouvert à tous les types de périphériques, des ordinateurs aux appareils photo, sans oublier la foultitude d’objets connectés qui pulluleront d’ici quelques années. C’est que le standard CFast 2.0 lancé en 2012 culmine à 600 Mo/s (bus SATA 3.0), et par les débits qui s’apprêtent à courir, il ne sera pas adapté aux exigences des lapins connectés modernes. Le CFexpress rependra donc le flambeau à une date indéterminée pour offrir jusqu’à 8 Go/s de débit théorique, à l’aide d’une interface PCI-Express 3.0 utilisant un maximum de huit lignes. En fait, les premiers modèles de carte CFexpress n’en exploiteront que deux ou quatre, de lignes, ramenant les débits à 2 ou 4 Go/s max. Le support du NVMe est également prévu.

Périphérique

Pour les concernés

Pour les concernés Si parmi vous se trouvent des joueurs qui enragent de ne pouvoir utiliser nativement leur manette Dual-Shock 4 avec Steam, apaisez votre colère puisque cette dernière est désormais officiellement supportée par l’API maison, aux côtés de la manette de la Xbox One et du Steam Controller, dont elle partage un certain nombre de caractéristiques. Valve précise dans la foulée que de nouvelles manettes seront très prochainement supportées par sa plateforme.

Affichage

Pas tout en un et Pi c’est tout

Des moniteurs qui embarquent un Raspberry Pi 3, voici les inattendus produits commercialisés en 2017 par Nec dans le cadre de sa gamme d’écrans professionnels P et V, des engins élevés au grain d’une diagonale de 40 pouces minimum. Pour bien clarifier le contexte, il n’est pas question d’ordinateurs tout en un traditionnels, car ces écrans ont uniquement vocation à diffuser du contenu stocké en local ou via du streaming. Il s’agit d’outils de communication pensés pour les salles de réunion et autres solutions d’affichage public et publicitaire. Concernant le Raspberry Pi 3 proprement dit, ce modèle est spécifique avec une carte mère dénuée des connectiques habituelles : ce Compute Module 3 intègre uniquement un SoC ARMv8 quad-core de 1,2 GHz, 1 Go de LPDDR2 et 4 Go de stockage. Notez que ce module sera également proposé à la communauté Raspberry, jamais à court d’imagination pour inventer de formidables objets comme le RaspiFouine (piège à fouine non létal) ou la BeetBox (boîte à rythmes orientée légumes).

Intelligence artificielle

IA sa mémoire qui planche

IA sa mémoire qui planche DeepMind, la branche intelligence artificielle d’Alphabet (Google), a publié un nouveau papier dans Nature. Ce dernier expose l’invention d’un nouveau type d’IA, appelée Differential Neural Computer (DNC), capable d’apprendre par elle-même en utilisant uniquement les données stockées dans sa propre mémoire. Pour tenter d’être clair, imaginez un réseau neuronal constitué d’un maillage de nœuds qui procèdent à des calculs semi-aléatoires en continu sur les données reçues, jusqu’à aboutir à un résultat précis. C’est d’ailleurs ce même type de réseau neuronal, DeepMind AlphaGo, qui a récemment battu le champion du monde de Go. Mais le problème de ce système, c’est qu’il ne peut apprendre comment effectuer une seconde tâche sans se réécrire lui-même et de fait, oublier comment faire la première. C’est ici que le DNC innove avec l’adjonction d’une mémoire externe au réseau neuronal, ce dernier apprenant à l’exploiter grâce au processus « d’essai et erreur » qui lui est familier. Une fois une donnée ou une technique acquises, le DNC les stocke afin de les réutiliser lorsque nécessaire. Pour illustrer son propos, l’équipe de DeepMind expose la faculté du DNC à répondre à des questions complexes concernant la navigation dans le métro londonien : « À partir de Bond Street, et prenant la ligne centrale dans une direction pour un arrêt, la ligne circulaire dans une direction pour quatre arrêts et la ligne Jubilee dans une direction pour deux arrêts, à quel arrêt vous vous retrouverez ? » Euh OK… j’ai bien une réponse assez proche de DNC en tête, mais tellement surfaite…

GPU

KONKOURDECKIKALAPLUGROS

Adeptes de benchmarks à caractère promotionnel, apprenez que l’overclockeur K|NGP|N a obtenu le score de 40 115 points sous le Fire Strike Extreme 1.1 de 3DMark. Ce, à l’aide un Raspberry Pi légèrement modifié pour l’occasion, chapeau l’artiste. Détail de la modif’ : carte mère EVGA SuperNOVA, Intel Core i7-6950X (5,2 GHz), 32 Go de DDR4, alimentation de 1 600 watts et quatre Nvidia GeForce Titan X EVGA refroidies à l’azote (2 202 MHZ pour la puce, 5 805 MHz pour la mémoire). Bref, un Raspberry quasiment stock pour un exploit branlettatoire de toute beauté.

Paiement

Le Système ne se cash plus

Le Système ne se cash plus Nul besoin d’être un brillant analyste pour réaliser que les gouvernements, banques et autres entreprises concernées, jubilent à l’idée d’un monde qui ne fonctionnera bientôt qu’avec de la monnaie dématérialisée. Apple n’est pas le dernier à s’enthousiasmer de la disparition prochaine du cash, comme l’a expliqué Tim Cook au Nikkei (Japon) : « Nous aimerions être un catalyseur pour faire sortir le cash du système. (…) Nous ne pensons pas que le consommateur apprécie particulièrement le cash. » Cette déclaration tombe à point nommé, puisque – justement – la Pomme va lancer sa solution de paiement Apple Pay au Japon, compatible avec le protocole RFID FeliCa supporté par deux millions de terminaux de paiement nippons. Si le « consommateur n’apprécie pas le cash », nul doute par contre que Tim apprécie les commissions qui tombent dans son escarcelle à chaque transaction d’Apple Pay. Car, ne nous y trompons pas, la disparition des espèces sous couvert de sécurité et praticité hipstérienne, c’est en contrepartie la fin des achats anonymes – avec une traçabilité totale, même pour la plus infime et anodine des transactions –, accompagné d’une dime prélevée sur 100 % des opérations par les opérateurs de ces solutions « si pratiques ». Nous pourrions évoquer bien d’autres points mais cela nous emmènerait trop loin, surtout que j’ai déjà ma tension à 45-34.

 


Smartphone

7 fois 7 fini

Après que des batteries de Samsung Galaxy Note 7 « nouvelle version » ont à nouveau pris feu, la production de l’appareil a été définitivement stoppée. Les propriétaires sont appelés à retourner leur smartphone dans un emballage sécurisé, avant d’être intégralement remboursés de leur achat. Par ailleurs, Samsung offre 25 dollars de sa poche pour l’achat d’un nouveau smartphone concurrent, ou 100 dollars pour un autre smartphone maison. Un fiasco qui fera date et qui coûtera environ 3 milliards de dollars à l’entreprise.

Transhumanisme

L’iprothèse du canarvatar se confirme

L’iprothèse du canarvatar se confirme Les chercheurs de la DARPA, l’agence nord-américaine pour les projets de recherche avancée de défense, travaillent depuis plusieurs années sur une prothèse haptique capable non seulement d’être commandée par la pensée de son porteur, mais aussi de transmettre le sens du toucher. Ils ne sont certes pas les seuls, mais une récente démonstration avec Nathan Copeland – le premier humain à bénéficier de cette invention, devenu tétraplégique suite à un accident de voiture – prouve que la technologie avance. Concrètement, la prothèse est reliée au cortex du patient à l’aide d’implants cérébraux, ce qui n’est évidemment pas très glamour, ambiance interface RS-232 fixée à la cervelle à coups de perceuse. Mais d’après Nathan, la sensation haptique est « quasi-naturelle » et le système suffisamment précis pour identifier – les yeux bandés – quel doigt de la prothèse a été touché. La technologie demande maintenant à être optimisée et miniaturisée avant d’ouvrir la voie à de nombreuses applications, médicales bien sûr, mais également militaires. Puis le jour viendra où la technologie – entre-temps agrémentée des autres sens – deviendra divertissement pour une masse transhumanisée friande d’avatars. Délire ? On en reparle dans un demi-siècle.

Interface

Sus au PCI-Express

Le PCI-Express d’Intel n’a pas que des amis, et certains verraient d’un bon œil l’arrivée de nouvelles solutions « plus ouvertes et performantes » pour remplacer les interfaces des centres de données et autres serveurs des grandes entreprises. C’est ainsi qu’est né « OpenCAPI », un consortium constitué d’AMD, Dell EMC, Google, Hewlett Packard Enterprise, IBM, Mellanox Technologies, Micron, Nvidia et Xilinx. OpenCAPI, pour Open Coherent Accelerator Processor Interface, vise – avec l’objectif de 25 Go/s – à la fois l’augmentation de la bande passante et la réduction de la latence d’accès aux données. Pour rappel, le PCI-Express 3.0 lancé en 2012 permet d’obtenir jusqu’à 15,754 Go/s pour 16 lignes, tandis que le PCI-Express 4.0, attendu un jeudi vers 17 h 00, devrait grimper jusqu’à 31,508 Go/s, toujours pour 16 lignes. Au-delà des chiffres, la volonté des membres d’OpenCAPI est de s’affranchir d’Intel avec la mise à disposition d’une interface libre et ouverte, dont les spécifications seront accessibles en fin d’année. Les serveurs POWER9 d’IBM seront les premiers à utiliser la nouvelle norme, en 2017. À noter que Gen-Z, une autre alliance industrielle pour promouvoir une nouvelle norme, a récemment vu le jour, mais il est cette fois question de vendre des solutions payantes. Quant à Intel, outre le PCI-Express, il dispose également de l’architecture « Omni-Path » pour équiper les serveurs à caractère exigeant.

CPU

La poste s’améliore

La poste s’améliore Des ingénieurs de l’Université d’État de Caroline du Nord et d’Intel ont développé une nouvelle solution pour améliorer la communication entre les différents cœurs d’un processeur, en implémentant les « primitives de synchronisation » au niveau de ce denier. Il est vrai que, mine de rien, le traitement et la coordination des données entre les cœurs coûtent en performance. D’après les chercheurs, leur méthode permet de doubler la vitesse des communications, allant jusqu’à un facteur de x20 pour un processeur seize cœurs.

Mémoire

Restons Optanistes

BenchLife.info a publié ce qui seraient les performances maximales des prochains modules Optane 8000p d’Intel, utilisant deux lignes de PCI-Express 3.0 et basés sur le nouveau type de mémoire NAND « 3D Xpoint » développée conjointement avec Micron. Si les résultats obtenus s’avèrent modestes comparés aux 2 Go/s en écriture décrochés lors des démos de 3D Xpoint, les performances restent intéressantes en regard de la capacité réduite des modules de 16 Go (1 400 Mo/s et 285 000 IOPS en lecture, 300 Mo/s et 70 000 IOPS en écriture) et 32 Go (1 600 Mo/s et 300 000 IOPS en lecture, 500 Mo/s et 120 000 IOPS en écriture). Pour les puristes, précisons que les chiffres concernent des opérations séquentielles de 128 Ko et aléatoires de 4 Ko. Par ailleurs, si d’autres SSD à venir promettent de meilleures performances – à l’instar de Samsung qui avance 3 500 Mo/s en lecture et 2 100 Mo/s en écriture –, il faut retenir qu’elles concernent des capacités de stockage bien supérieures, propices à d’avantageuses opérations parallélisées. Les premiers Optane 8000p prendraient ainsi la forme d’un cache entre le SSD et la DRAM dans des systèmes professionnels. Il faudra donc attendre l’arrivée de « vrais » SSD pour se faire une idée du réel potentiel de la 3D Xpoint.

Voiture autonome

Halte au pilote

Halte au pilote Le terme « Autopilot » des Tesla est devenu persona non grata en Allemagne. Selon le quotidien Bild, les autorités ont demandé au constructeur de ne plus utiliser cette expression, afin d’« éviter les malentendus et les attentes erronées des clients ». Comme évoqué dans le dernier Canard PC, en l’état, le seul terme adéquat pour définir ces systèmes restent donc « assistants de conduite ». Un drôle d’assistant sur lequel il est demandé de ne pas se reposer.

En Vrac

Foire aux news

HoloLens, le casque-lunettes de réalité augmentée fabriqué par Microsoft, est désormais disponible en France, oh là là quelle nouvelle ! 3 300 euros environ pour les développeurs, 5 490 euros environ pour les autres.

Les derniers pilotes graphiques d’AMD n’intègrent plus le « Gaming Evolved », une solution logicielle pour gérer des profils de configuration optimisés pour chaque jeu et motorisés par Raptr. Notez que le programme est toujours disponible indépendamment des pilotes.

Google et Facebook vont enfiler leurs palmes pour tirer conjointement un nouveau câble sous-marin reliant Hong Kong à Los Angeles, long de 13 000 km et offrant une bande passante de 120 To/s. Mise en service en 2018.

Une équipe du CNRS a développé un type de batterie 3D en microtubes, plus sûre et multipliant la capacité par 50. Rendez-vous en 2471 pour le test du Galaxy Note 455.

Intel a lancé son premier drone commercial, le Falcon 8+. Issu de la plateforme de référence AscTec Falcon 8, l’engin – destiné aux entreprises – pèse 1,2 kg, filme en 1080p, diffuse le flux jusqu’à 500 mètres, vole à 16 mètres/s et grimpe jusqu’à 4 000 mètres d’altitude.

Les ventes d’ordinateurs PC ont encore baissé de 3,9 % au dernier trimestre, moins que prévu toutefois, avec un rebond attendu en 2017.