358
Sortie en kiosque
le 15 avril 2017

S'abonner
Numéro actuel
Par La Rédaction | le 3 avril 2017

Canard PC 358 : Comme un phare dans l'ennui

News du CanardPC N°356

La mauvaise haleine de la nature

La mauvaise haleine de la nature C

ela ne vous aura pas échappé si vous avez le malheur de passer plus de dix minutes par jour sur Internet : The Legend of Zelda : Breath of the Wild est un jeu absolument fantastique, peut-être le meilleur épisode de la série, au coude à coude avec les plus grands (si vous vous posez la question : Link's Awakening sur GameBoy et A Link to the Past sur Super Nintendo). Si, toutefois, vous ne faites pas partie des bourgeois fortunés possédant une Switch, vous vous demandez peut-être ce que vaut le titre sur Wii U. Eh bien, si le jeu reste le même (malgré la nécessité d'installer 3 Go de données), il faudra avoir le cœur et les yeux bien accrochés. Avant tout pour supporter l'aliasing et les éclairages moins bien rendus mais, surtout, pour ne pas attraper de migraine devant le frame rate de cette version, qui s'effondre dès qu'il y a trop de végétation, de choses à l'écran (notamment dans les villages) ou d'effets visuels. On ne saurait que trop vous conseiller de le regarder tourner avant de passer éventuellement à la caisse, pour jauger votre tolérance aux soirées diapositives champêtres.

 


L'excellent Steredenn (8/10 dans Canard PC n° 326) vient se rappeler à notre bon souvenir avec une grosse mise à jour qui, à en croire le teasing du studio, pourrait inclure du multijoueur. Mais avant cela, le titre sortira sur iOS pour que les joueurs puissent péter leur tablette de rage où ils le souhaitent.


La charte et le territoire

Les entreprises du jeu vidéo, pas toutes très stables financièrement, ont longtemps, pour certaines au moins, recruté des stagiaires à tour de bras, sans toujours assurer auprès d’eux leur rôle de formation. La loi Travail qui, depuis un peu plus de deux ans, encadre le nombre de stagiaires autorisés dans les entreprises, avait mis un premier coup de frein à ces pratiques. Mais les formations françaises au jeu vidéo et le SNJV viennent de rédiger une charte afin de bien sécuriser le terrain. Sous forme de joli document qui sera systématiquement joint aux conventions de stage, elle rappelle les obligations des uns et des autres : les écoles donnent des coups de main à leurs étudiants et ne signent pas des conventions à la chaîne pour les mêmes boîtes ; les étudiants arrivent à l’heure ; quant aux entreprises, elles s’engagent entre autres à « respecter le droit du travail et la législation en vigueur sur les stages ». Cela revient-il à dire qu’avant cette charte, elles ne le faisaient pas ? Vous avez deux heures.


Le retour des Schtroumpfs

Le retour des Schtroumpfs B

ienvenue dans cette édition de « Corporate News for BS Corporations ». Aujourd’hui, sept milliards d’êtres humains (et quelques extraterrestres) ont retenu leur souffle en apprenant que Massive, le studio suédois d’Ubisoft, travaillait sur un jeu vidéo (PC et consoles) situé dans l’univers d’Avatar. Le film de James Cameron sorti en 2009 peut se targuer d’être l’un des plus gros bulldozers de l’histoire du cinéma (budget, entrées et recettes) ; quant à Massive, le studio derrière The Division, il ne s’agit pas du plus petit des seconds couteaux d’Ubi. Le communiqué de presse est donc rempli de « incroyable », « extraordinaire », « partenaires idéaux » et « piscines de billets ». Évidemment pour l’instant, du jeu on ne sait rien, si ce n’est qu’il utilise le moteur maison de Massive, Snowdrop, et qu’il y aura un pan en ligne. Quant au film Avatar 2, il sortira lui fin 2018.


Prix de justice

Prix de justice C

omme chaque année, la scène indé gazouillait d’excitation en attendant la remise des prix de l’Independent Games Festival qui se tenait à San Francisco. Au cours d’une cérémonie présentée par Nina Freeman (Kimmy, Cibele), des tas de jeux indés ont été récompensés par un prix (ça fait plaisir) et des sous (ça fait toujours plaisir aussi). Grand vainqueur, Quadrilateral Cowboy (Blendo Games) remporte le grand prix Seumas McNally et celui de la conception. Hyper Light Drifter (Heart Machine) rafle les prix du public et de l’excellence dans les arts visuels. Un Pas Fragile, mené par l’équipe de Géraud de Courrèges, rentre à Paris avec le prix du meilleur jeu étudiant ; Oἶκoςpiel, Book I (de David Kanaga) prend le Nuovo Award, Gonner est récompensé pour son travail du son et Ladykiller in a Bind, de Christine Love, pour sa narration. Voilà de quoi étoffer vos ludothèques.

 


Télex

Le gouvernement bolivien s'est très officiellement plaint auprès de l'ambassadeur français du traitement que leur pays subit dans Ghost Recon Wildlands, développé par Ubisoft. L'affaire se serait réglée autour d'une pyramide de Ferrero Rocher, comme le veut la tradition diplomatique.


3310,2

Prouvant une fois de plus que la nostalgie est, avec l'attachement à la terre natale et la haine du fromage, l'une des causes de tout ce qui va de travers en ce bas monde, le constructeur Nokia a décidé de sortir une nouvelle version de son célèbre téléphone 3310, espérant ainsi faire les poches de trentenaires nostalgiques et de post-ado' attirés par les mèmes « LOL LE 3310 IL E TRO DUR A KC » qui pullulent sur 9gag, remarquez c'est toujours plus facile de se faire du fric comme ça qu'en vendant des Windows Phone, même si bon, concernant ce nouveau 3310 en lui-même je n'ai pas des masses d'info, apparemment les journalistes spécialisés en mobiles disent que ce qu'ils en ont vu n'est pas terrible, moi j'en sais rien, j'y connais queud', je suis juste payé pour écrire des phrases de 805 signes.


L'important, c'est névrose

L'important, c'est névrose L

e studio Ninja Theory (parents du dispensable Heavenly Sword, du très chouette Enslaved, mais surtout de l'excellent reboot de Devil May Cry) annonce que Hellblade, dont on n'avait plus de nouvelles depuis quelque temps, bouge toujours. Ce jeu d'aventure devrait mettre en scène Senua, une guerrière nordique luttant non seulement contre une ribambelle d'ennemis mais également contre sa propre psyché – les développeurs l'affirment, la folie du personnage principal jouera un grand rôle dans Hellblade. Enfin passé en version alpha, le titre est prévu pour le courant de l'année sur PS4 et PC, l'occasion d'avouer qu'on est plutôt impatient d'y poser nos mimines vu les séquences délirantes et perchées que le studio était capable de pondre sur Devil May Cry.


Système polaire

Système polaire O

yez oyez mes chers amis ! L'excellent The Curious Expedition, noté 8/10 par Netsabes dans le Canard PC n° 346 et responsable de quelques nuits blanches dans le reste de la rédaction, s'est paré début mars d'une mise à jour gratuite bourrée de nouveau contenu. Appelée Arctic Expanse, cette extension ajoute – comme son nom l'indique – de grandes étendues de glace à explorer, avec évidemment de nouvelles régions mais aussi plus d'ennemis, de personnages à croiser et recruter, d'objets ou encore des capacités inédites. En bonus, tant qu'à faire, le studio a un peu retapé l'interface, rééquilibré le jeu et ajouté plein de contenu ici et là. Du coup, il devient encore plus difficile de résister aux alléchantes sirènes du titre de Maschinen-Mensch, toujours aussi réussi, et toujours vendu au prix de trois kebabs (avec frites).

 


Télex

Les amateurs d’ours en peluche psychopathes biclassés joueurs PC de la rédaction viennent de décéder de bonheur : Danganronpa V3 : Killing Harmony sortira sur Steam le 26 septembre 2017, trois jours avant sa sortie occidentale sur consoles PlayStation. Cerise sur le plantigrade : pour la première fois, un Danganronpa sera doté de sous-titres français.


Envoyé à l'ours

Spiral Toys est une entreprise qui produit les CloudPets, des ours en peluche connectés à Internet. Jusque-là, rien de bien surprenant, ça fait un moment qu'on s'est résigné à vivre dans un monde complètement taré. Tout allait donc pour le mieux jusqu'à ce que des piratins s'aperçoivent que la base de données contenant les données clients des 800 000 utilisateurs de CloudPets se trouvait sur un serveur non protégé. Quelques bricolages plus tard, les hackers se sont retrouvés en possession d'une partie des conversations audio enregistrées par les ours, car oui, désormais les gens achètent des jouets qui les espionnent et envoient leurs conversations privées dans des fermes de serveurs à l'autre bout du monde. Encore plus grave, si c'est possible : en découvrant que sa base était compromise, Spiral Toys n'a pas cru bon d'informer ses clients. Cette année, pour Noël, offrez des jouets en bois massif.


N'est pas mort ce qui à jamais dort

N'est pas mort ce qui à jamais dort D

ernier venu dans la vague de jeux lovecraftiens qui égayent nos disques durs et les tables de nos salons, Rise of the Elders : Cthulhu est un projet de jeu cross-platform PC et mobiles développé par les Français de Strangematter. On y trouvera des combats au tour par tour entre les investigateurs et les forces du Mythos, de la gestion d'équipe, du recrutement de personnages et des héros qui accumulent des troubles psychologiques au fil du temps, façon Darkest Dungeon. Le projet venant de rater sa campagne Kickstarter, son développement risque d'être ralenti, mais vous pouvez toujours télécharger un prototype à l'adresse http://cpc.cx/iIc


La Dreamcast enfin vengée

La Dreamcast enfin vengée E

n général, quand un costard-cravate d'un gros éditeur s'en va bosser pour un marchand de lessive ou un fonds d'investissement, ça ne fait pas une ligne dans Canard PC. Mais là quand même, c'est Peter Moore qui quitte Electronic Arts pour prendre la tête du club de football de Liverpool. Le bonhomme a une carrière longue comme le bras. Chez Sega, c'est lui qui a chapeauté le lancement de la Dreamcast, avant de prendre la décision drastique de laisser mourir la console et de transformer Sega en pur éditeur de jeu vidéo – avec un certain succès, puisque la vénérable société japonaise possède aujourd'hui des studios prestigieux comme The Creative Assembly (les Total War), Amplitude (Endless Space, Endless Legend) et Sports Interactive (les Football Manager). Chez Microsoft, ce fut l'un des principaux artisans du succès de la Xbox. Enfin, chez Electronic Arts, il a redynamisé la division « jeux de sport », ce qui lui a même valu d'être caricaturé dans South Park. Bref, c'est un gros nom du jeu vidéo qui quitte l'industrie, tout ça pour aller gérer des gars qui gagnent 50 000 euros par jour en tapant dans une balle, je sais qu'il va le regretter.

 


Télex

Cela faisait un bail que nous n'avions pas eu de nouvelles de Borderlands 3. Tout va bien, il est en développement actif chez Gearbox qui s'est offert une petite présentation à la GDC pour montrer les progrès technologiques réalisés sur l'Unreal Engine 4. Sans surprise, c'est très beau, les ombres sont démentes et le shader effet cartoon toujours utilisé à fond les ballons.


Retouches gratuites

Voici un an que Stardew Valley est sorti. Un an à draguer de la gueuse et du gueux, à récolter des patates et à s'interroger sur le sens de la vie en attendant qu'un poisson morde à l'hameçon. Selon un billet posté sur son blog, le développeur estime que son jeu est plutôt bon, mais pense qu'un certain nombre de points pourraient être encore améliorés. Une attitude finalement pas si étonnante lorsqu'on apprend que celui-ci a revu sa copie à de nombreuses reprises et sur de nombreux points, des graphismes au gameplay en passant par le titre. Il faut dire que « Sprout Valley » aurait sans doute rendu son marketing inutilement compliqué chez les franchophones.


Mass Transit n'est pas une marque de céréales bio

Mass Transit n'est pas une marque de céréales bio A

lors, voyons voir, pour Cities : Skylines, nous avons eu droit à l'extension nocturne (After Dark), à l'extension neigeuse (Snowfall) et à l'extension catastrophe (Natural Disasters). Ma question est donc la suivante : qu'est-ce que les Suédois de Colossal Order ont trouvé pour leur quatrième DLC ? Composez le 36 36 et tapez 1 pour une extension extraterrestre, 2 pour une extension dédiée aux moyens de transport ou 3 pour une extension Anne Hidalgo qui supprimera les routes du jeu et transformera la carte en une gigantesque piste cyclable bordée de magasins qui vendent des cupcakes sans gluten. Vous avez tapé 2 ? Bravo, vous n'avez rien gagné, mais vous êtes sacrément perspicace. Mass Transit sortira d'ici la fin de l'année et rajoutera un tas de nouveaux moyens pour que la populace puisse se déplacer dans la ville sans créer des bouchons insolubles. Il y aura notamment des ferrys, des tramways, des trains monorails et la possibilité de construire des hubs de transit (pour, par exemple, passer du bus au métro). Il y aura même des dirigeables, si vous avez envie de bien ruiner le look ultraréaliste de la ville sur laquelle vous bossez depuis un an et demi.


Suicide squad

Suicide squad F

acebook met actuellement à l'essai une intelligence artificielle conçue pour détecter les comportements suicidaires. Cette IA se base sur les messages postés sur la plateforme et sur les commentaires laissés par les autres utilisateurs. Ainsi, il est fort probable que l'emploi d'expression telles que « adieu, monde de merde ! », « je cherche comment faire un nœud coulant solide » ou bien « j'ai revisionné cinq fois d'affilée le débat du premier tour de la primaire citoyenne de la Belle Alliance populaire » fera s'allumer une petite lumière rouge dans le salon de Mark Zuckerberg. Pour le moment, la firme annonce qu'elle fera « remonter l'information », mais n'exclut pas non plus, à l'avenir, d'intervenir directement auprès de l'utilisateur. Peut-être en envoyant la brigade antisuicide armée de tasers défoncer sa porte pour l'empêcher de commettre l'irréparable ? On savait que Facebook mettait tout en œuvre pour perdre le moins de clients possible, mais tout de même...

 


ERRATUM : dans le « Papier Culture » du Canard PC n° 354, nous annoncions que la traduction des nouvelles de Thomas Ligotti par Anne-Sylvie Homassel était vendue 30 euros. C'était une erreur puisqu'elle est disponible au prix de 15 euros (pour la version papier) ou 9 euros (pour la version ePub). Pour la peine, rappelons le site des éditions Dystopia : www.dystopia.fr


Stratégie en temps de cerveau

Dans un STR classique, augmenter la difficulté revient à donner des avantages déloyaux à l'intelligence artificielle. Par exemple, il n'est pas rare que celle-ci ne soit pas affectée par le brouillard de guerre, ait un peu plus de ressources ou sache quels types d'unités sont en train de sortir de vos usines. Le genre de trucs qui fâchent des gens comme ackboo, en réduisant de facto leurs capacités de stratèges au décorticage d'une bête mécanique de jeu. Or, après Supreme Commander 2, c'est au tour de Blitzkrieg 3 de mettre au point un « réseau neuronal » pour leur IA. Répondant au doux nom de Boris, celle-ci serait désormais capable d'analyser le comportement de l'adversaire sans accéder aux informations cachées, puis de prédire – avec plus ou moins de succès – ses prochaines actions afin de prendre des décisions en conséquence. Oui, un peu comme si vous étiez en train de jouer avec un type sur Internet, mais sans vous faire insulter.


Agités du bocage

Agités du bocage A

u cours de la dernière GDC, Eugen Systems est sorti de son mutisme. Le studio parisien a annoncé son nouveau jeu, un visual novel dans lequel une jeune étudiante en philosophie et un poney nain, que tout semble séparer, découvrent que… Oh, ça va, si on ne peut plus plaisanter… Son nouveau jeu, donc, plein de flingues et de chars d'assaut qui, après les époques modernes puis futuristes des Wargame et d'Act of Aggression, repart en pleine Seconde Guerre mondiale. Steel Division : Normandy 44 fera, sans trop de surprise, dans la stratégie en temps réel et le catalogage d'unités historiques (plus de 400 annoncées), avec un système de ligne de front dynamique et une gestion poussée du moral proposant la reddition de l'ennemi comme alternative à sa dispersion façon puzzle. La plus grosse surprise provient du changement d'éditeur, puisque c'est désormais avec Paradox que travaille Eugen Systems. Beaucoup plus d'informations dans le prochain numéro, puisqu'on se rend dans leurs locaux juste après le bouclage de celui-ci.


VR : c'est Sony qui casque

VR : c'est Sony qui casque S

i quelqu'un chez Canard PC a un jour parié sur le succès de la réalité virtuelle, c'est certainement avec une mise ridicule, dans l'espoir de peut-être remporter un gros pactole. Un peu comme quand on place gagnant le seul cheval unijambiste du Grand Prix d'Amérique. Pourtant, Sony affirme avoir vendu près d'un million de ses casques et ce, quatre mois après le début de leur commercialisation. C'est vraisemblablement beaucoup mieux que ses concurrents sur PC, puisque les estimations les plus optimistes (émanant du site SuperData) placent l'Oculus Rift et le HTC Vive, respectivement, à 240 000 et 420 000 modèles écoulés. Sony, qui est le premier surpris de ces bonnes – toutes proportions gardées – ventes et qui doit bien remercier Resident Evil 7, remporte donc le premier round. Plus qu'à attendre pour assister au second, si tous les combattants ne quittent pas le ring sur une civière avant son terme pour rejoindre Kinect et les télés 3D à l'infirmerie.

 


Télex

La première grosse extension pour Stellaris, le 4X spatial de Paradox, va s'appeler Utopia. Rendra-t-elle enfin le mid-game plus palpitant, ce que n'ont pas réussi à faire les 492 patchs déjà sortis ? Réponse le 6 avril.


Et un bûcher pour papa... Et un bûcher pour maman...

Si, dans Crusader Kings II, marier votre fils de force à son cousin pour le faire accuser de sodomie et le foutre ainsi au cachot ne suffit plus à votre bonheur, sachez que sa prochaine extension va vous redonner un peu de joie. En effet, malgré une liste de DLC plus longue qu'un jour avec Denis qui nous raconte ses meilleures blagues, le titre de Paradox vient de mettre en vente Monks & Mystics qui, en échange d'une quinzaine d'euros, permet à votre roi de rejoindre des sectes sataniques et autres associations d'illuminés, mais aussi de collecter des reliques et même d'embaucher des tueurs qui s'occuperont de faire couler le sang pour la gloire de Satan. Tiens, je me demande s'il serait possible d'y créer un culte dans lequel il faudrait manger des enfants, tout en vénérant un cheval divin.


4X + NASA = bière

4X + NASA = bière E

n principe plein de sérieux et de rigueur, le joueur de 4X change du tout au tout quand il tombe sur une nouvelle planète. Si vous en avez un dans votre entourage, soyez sûr que contrairement à ce qu'il prétend, il ne nomme pas ses découvertes Arrakis-8 ou Bételgeuse-2. Quand les habitants d'une planète capitulent devant ses destroyers interstellaires, ils découvrent du même coup qu'ils ont désormais l'honneur d'habiter FoieJaunia, et on ne compte plus les astres gelés qui se nomment Glagla. Preuve que les joueurs de 4X infestent toutes les couches de notre société, les scientifiques de la Nasa se sont aussi mis à ces conventions de nommage fantaisistes : ils ont annoncé que les sept planètes qui ressemblent à la Terre, en orbite de l'étoile TRAPPIST-1, porteront sans doute le nom de bières trappistes.


Dinosaures modernes

Dinosaures modernes E

n 2015, Gabe Newell décrétait depuis sa piscine remplie de diamants bruts que ce serait quand même cool de rémunérer les moddeurs et, dans la foulée, rendait les mods payants – avant de faire précipitamment machine arrière. Deux ans après, les développeurs de Ark : Survival Evolved tentent une méthode alternative : payer de leur poche quinze moddeurs de leur choix, chaque mois, 4 000 dollars par tête. Les mods très léchés de la première fournée ajoutent de nouveaux terrains ou du nouveau contenu (un système postal, de l'architecture médiévale, etc.). OK, il faut bosser comme un malade pour avoir une chance de figurer parmi les heureux élus ; reste que les moddeurs sont payés et que les joueurs ont de quoi s'occuper pendant que les développeurs peuvent se concentrer sur, disons, les problèmes de serveur.

 


Télex

Si vous avez aimé équarrir des milliers d'orcs et jouer les marionnettistes machiavéliques avec la poignée que vous avez laissés en vie dans La Terre du milieu : L'Ombre du Mordor, alors vous serez ravi d'apprendre que sa suite, L'Ombre de la guerre, a été annoncée pour le mois d'août prochain. Avec une édition collector à 300 dollars à l'intention de tous ceux qui ont trop d'argent et pas assez d'amour-propre (ou une très mauvaise vue, ça peut arriver aussi).


Tour de passe-pass

Tour de passe-pass M

icrosoft commencerait-il à prendre de pitié les malheureux pigeo... clients ayant acheté une Xbox One et qui peinent à lui trouver des jeux ? Ou aurait-il découvert une nouvelle façon de leur soutirer un peu de thunes ? En plus de l'abonnement Xbox Live Gold mensuel, qui offre quatre jeux (dont deux vieilleries) contre cinq euros par mois, Microsoft va lancer au printemps le Xbox Game Pass, pour dix euros de plus par mois. Au programme : un accès illimité au téléchargement d'une centaine de jeux Xbox 360 et Xbox One, parmi lesquels Halo 5, Mad Max, Gears of War, Payday 2... Le tout semble un peu trop beau pour être honnête. Une grosse limite quand même : comme sur Netflix, Spotify et autres services à abonnements, et contrairement aux jeux obtenus via le Xbox Live Gold, vous perdrez accès à tout le catalogue dès que vous arrêterez de payer.


Irréel et en retard

Irréel et en retard Q

ue fabrique Epic Games, à part bien sûr son Unreal Engine et Paragon, son moba déserté ? Dévoilé fin 2011, Fortnite est toujours en alpha fermée (mais, et c'est peut-être le plus surprenant, toujours en développement). Exhibé il y a trois ans, le nouvel Unreal Tournament est lui en bêta ouverte mais ne semble plus beaucoup progresser. Quant à Spyjinx, annoncé fin 2015 en partenariat avec J.J. Abrams, il semble tout simplement avoir disparu sans qu'on nous l'ait jamais montré. Alors fatalement, quand Epic Games débarque avec une nouvelle annonce, on se méfie. Nonobstant, Battle Breakers devrait sortir cette année sur PC et mobile (une bêta est même déjà disponible sur iOS). Il faut dire que le projet se place un cran en dessous côté ambition, puisqu'il s'agit d'un free-to-play tactique ni très poussé, ni très épique.


Après le télé-achat, le twitch-achat

Après le télé-achat, le twitch-achat U

n service de streaming (Twitch), un moteur 3D (Lumberyard, dérivé du CryEngine), un hébergement de serveurs (GameLift)... il ne manquait qu'une boutique virtuelle de jeux à la panoplie d'Amazon, et au printemps ce sera chose faite. Twitch se mettra à vendre des jeux directement sous les diffusions de vidéos, en reversant 70 % à l'éditeur et en gardant 25 % de la somme. Les 5 % restants iront au streameur, s'il est partenaire de l'opération. Ce qui devrait perturber le petit business pas toujours réglo des revendeurs de clés, qui comptent beaucoup sur les liens d'affiliation diffusés par les streameurs. Pour les éventuels clients de la boutique Twitch, les jeux seront disponibles dans un client dédié, un de plus. Une dizaine d'éditeurs (Ubi, Hi-Rez, Telltale, Paradox, Devolver...) ont déjà annoncé faire partie de l'opération, mais ni Riot (League of Legends) ni évidemment Valve ne semblent vouloir signer avec Twitch.

 


CCP, que l'on connaît surtout pour son simulateur spatial de tableaux Excel, vient d'annoncer Sparc. Ce titre en réalité virtuelle délaissera l'univers d'EVE Online puisqu'il s'agira d'une sorte de balle au prisonnier en multijoueur... à un contre un. Si avec ça vous ne claquez pas immédiatement un Smic dans un de ces casques, je n'y comprends plus rien.

 


À la surprise générale, ou en tout cas à la mienne (mais que voulez-vous, je suis très égocentrique, mon reflet me le dit tous les matins dans le miroir), le nouveau nom d'Irrational Games n'est pas Rational Games mais Ghost Story Games. Le studio de Ken Levine travaille avec seulement une douzaine de personnes sur un FPS narratif dont on ne sait avec certitude qu'une seule chose : il ne s'appellera pas BioShock 4.